Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Incohérences et rentes

15 Juin 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

A la veille d'un scrutin pour lequel la seule question qui subsiste n'est pas de savoir quel parti aura la majorité à l'assemblée mais plutôt quel sera l'ampleur de sa victoire et aussi est ce que l'opposition ne sera pas réduite à la portion congrue, il peut sembler utile de souligner quelques incohérences qui président le débat aujourd'hui.

Tout d'abord dans les promesses et le programme que veulent appliquer le gouvernement et son super chef de président de la république.

Le candidat Sarkozy etait apparu aux yeux de certains "experts" du Rexecode comme le seul à pouvoir réduire la dette et aussi il nous avait dit sa volonté à vouloir redonner du pouvoir d'achat aux Français.

Si l'on examine les différentes mesures envisagées par l'Etat UMP on voit difficilement la réalisation de ces deux objectifs.

Pour lui l'amélioration du pouvoir d'achat repose principalement sur l'allégement des impots directs et le recours aux heures supplémentaires (Travailler plus dur pour gagner plus difficilement votre vie)

Le désormais fameux choc fiscal (avec son bouclier remené à 50%) ne devrait toucher que quelques centaines de milliers (entre 200 000 et 500 000) de contribuables et parmi les plus riches. Quant aux heures supplémentaires on sait d'ores et déjà qu'elles ne seront pas possible pour tout le monde (et oui c'est encore l'employeur qui décide)

Donc si amélioration du pouvoir d'achat il y a cela ne devrait concerner que quelques uns.

De plus les deux mesures n'iront pas dans le sens de la baisse de la dette puisque les cadeaux fiscaux conduiront de toute évidence à une baisse des recettes fiscales et les heures supplémentaires éxonérées de fiscalité ne rapporteront aucune nouvelle recette.

Si l'on prend en compte deux autres mesures importantes envisagées par le gouvernement on voit vite que l'on ne va pas dans le sens de l'amélioration du pouvoir d'achat voire on irait plutot dans le sens de la dégradation.

Il s'agit bien évidemment de la TVA dite "sociale" ou "anti délocalisation" (Fillon) ou "patronale" (Ayrault) et des franchises sur les remboursements médicaux. 

Certains prétendent, le premier ministre Fillon en tête (de c..), que la hausse de la TVA (qui a été rendue  sociale pour la rendre plus digeste par la France d'en bas) qui viendra compenser une baisse des prélevements sociaux concédée aux entreprises n'aura aucun impact sur les prix puisque normalement le taux s'appliquerait sur un prix net diminué des charges que ne paieront plus les entreprises.

Il n'est pas complétement idiot de penser que les entreprises voulant améliorer leur marge seront tentées de ne pas répercuter entièrement la baisse des charges sur leur prix.

Et aussi qu'en sera-t-il des produits étrangers (même européens) pour lesquels les entreprises importatrices ou de distribution ne pourront appliquer qu'une baisse minime étant donnée la faible part des charges sociales sur le cout total ? Et donc on peut tout à fait envisager que l'instauration d'une hausse du Taux de TVA aura un impact sur les prix.

Cette mesure concerne l'ensemble des consommateurs et l'on voit mal comment avec en plus les Franchises sur le remboursements des frais médicaux  qui concerneront l'ensemble des assurés sociaux, le pouvoir d'achat d'une majorité de Français va augmenter.

 

Les incohérences ne sont hélas pas l'apanage de nos politiques.

 Ainsi deux sondages récents nous apprennent que d'une part 61% des personnes interrogées sont contre l'instauration de franchises sur le frais médicaux et que d'autre part  que 60% des sondés sont contre une augmentation de la TVA.

Mais apparement ces deux mesures impopulaires annoncées par le gouvernement n'empécheront pas que le scrutin de dimanche se transforme en un véritable plébiscite pour le prince président.

Allez comprendre.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article