Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Articles avec #la france d'apres tag

Ministère Virtuel

16 Décembre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après




J.O n° 115 du 31 février 2008 page 9915
texte n° 2

Décret du 30 février 2008 relatif à la composition du Gouvernement

NOR: HRUX0710387D


Le Président de la République,

Vu l'article 8 de la Constitution ;

Vu le décret du 17 mai 2007 portant nomination du Premier ministre ;

Sur proposition du Premier ministre,

Décrète :



Article 1


Est nommé ministre :

M. Thierry Solère, ministre d'Etat, ministre de l'internet

Article 2


Sont nommés secrétaires d'Etat :

M. Loic Le Meur, secrétaire d'Etat chargé des blogs et du contrôle des journaux internet;

M. André Santini , secrétaire d'Etat chargé de l'ADSL, du Haut débit, du cable et des réseaux internet

Article 3


Sont délégués :

Auprès du ministre de l'internet:

Le secrétaire d'Etat chargé des blogs
Le secrétaire d'Etat chargé des réseaux internet 

                                                                Article 4


Le présent décret sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait à Paris, le 30 février  2008.


Nicolas Sarkozy


Par le Président de la République :


Le Premier ministre,

François Fillon

 

 

Un tel décret restera-t-il virtuel ou le verra-t-on un jour publié?

Espérons qu'il restera à Sarkozy et à sa bande un soupcon de notion du ridicule et qu'il se souviendrons du magnifique ministère du temps libre du gouvernement Mauroy de 1981....

Tenir et Résister

Lire la suite

Les chiffres des régimes spéciaux

13 Novembre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

A la veille d'un mouvement social qui risque d'être dur compte tenu de la détermination du gouvernement à vouloir en faire un test, voici quelques chiffres (tirés en grande partie d'un article de "Alternatives Economiques") qui peuvent permettre de se faire une idée sur la question des régimes spéciaux et des "privilégiés" qui en bénéficient. 

13.2 Milliards d'Euros c'est le montant des retraites versées en 2006 aux 1.13 millions de bénéficiaires des régimes spéciaux.

6% c'est le pourcentage que représente ce montant par rapport aux total des pensions versées

6.7% c'est le pourcentage que représentent les bénéficiaires de régimes spéciaux par rapport au total des retraités.

37.5 ans c'est la durée de cotisation requise par les régimes spéciaux pour avoir droit à la retraite contre 40 années pour les autres régimes.

55 ans pour la SNCF et la RATP et 55.5 ans pour EDF/GDF c'est l'age moyen de départ de la vie active  dans ces entreprises contre 57.5 ans pour le régime général 

5 milliards d'Euros c'est le déficit à la charge de l'Etat qu'affichent les comptes des régimes spéciaux

1.95 milliards d'Euros c'est le déficit des caisses des artisans et commerçants pour 1.724 millions de bénéficiaires

3.5 milliards d'Euros c'est le déficit de la caisse nationale vieillesse en 2007

37.2%, 36.3%, 30% ce sont les taux de cotisations vieillesse (parts salariale et patronale) pour les salariés respectivement de EDF/GDF, la SNCF et la RATP contre 26% pour le secteur privé

63000€
c'est le montant de la pension que perçoit un président de la république dés la fin de son mandat.

200 millions d'Euros c'est le gain que rapportera par an la réforme élaborée par le gouvernement. 

L'étude de ces chiffres montre bien que les choses ne sont pas aussi simples que veulent le faire croire Sarkozy et ses sbires. Et aussi que leur refus de négocier est plus idéologique que réellement guidé par le  désir d'intaurer une égalité de traitement entre tous les Français.  

Tenir et Résister
Lire la suite

Meurtre à l'Assemblée

29 Octobre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

Un principe  d'une soixantaine  d'années a été abattu de 44 voix. Ses meurtriers, qui ont été identifiés par des témoins, siègent toujours.

Les faits se sont produits dans la nuit de vendredi à samedi, dans un hémicycle au 126 rue de l'Université à Paris. La victime qui a été identifiée comme étant le "Principe de Solidarité" bien connu des services de la Sécurité Sociale a été abattu par 44 personnes appartenant toutes à la fameuse bande de l'UMP réputée pour ses agissements néo libéraux. 27 personnes auraient toutefois tenté de défendre la victime mais leur action a été vaine.  
Selon les premières constatations, l'arme utilisée "pourrait être la mise en place de Franchises Médicales
Il y a fort à parier que les Français regretteront le Principe de Solidarité qui était une figure emblématique de notre système de Sécurité Sociale. Et chacun gardera au coeur sa célébre devise "Chacun contribue selon ses moyens et reçoit selon ses besoins".
L'innumation a été faite en catimini au petit jour au cimetière des grands principes tombés sous les coups de la doctrine néo libérale.
Tenir et Résister

Lire la suite

La mise à mort de la Sécu

26 Octobre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

Le débat sur le projet de loi sur le financement de la Sécurité Sociale est en cours depuis le début de la semaine et devrait se terminer le 30 octobre par un vote solennel.  Il est hélas à redouter que les fameuses (fumeuses) franchises ne soient hélas définitivement instaurées dans le silence assourdissant d'un PS que l'on a très peu entendu sur cette affaire.
 
La mise en place de ces non remboursements, car il s'agit bien de ça, signe probablement le début de la mise à mort de la "Sécu" telle qu'elle a été voulue par les résistants au sortir de la guerre avec son principe que chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins

Roseline Bachelot déclare  que " Les franchises ont été établies pour faire face à de nouveaux besoins de santé: cancer, Alzheimer, soins palliatifs, personne ne conteste l'utilité de cela" et qu'elles reprèsentent  un "effort modéré".
Eric Woerth grand praticien de la mauvaise foi et de la doctrine libérale plaide  que "la solidarité, valeur fondatrice de la Sécurité sociale n'est viable que si elle s'accompagne de responsabilité" .

S'il s'agit de financer de prétendus "nouveaux" besoins de santé, pas si nouveaux que ça d'ailleurs, pourquoi faire supporter la charge du financement de ces maladies par les malades et de manière forfaitaire et déroger du principe que chacun contribue selon ses moyens et non selon ses besoins. Le plus fort c'est que les personnes frappées elle même par la maladie d'Alzheimer ou le cancer se verront appliquer les franchises, sur le transport en ambulance pour se rendre en centre de jour ou à l'hopital par exemple. 
De plus on risque de stigmatiser les victimes de ces maladies en prenant comme pretexte leur maladie pour mettre en place une mesure qui aura comme souvent quand il s'agit de "taxe" forfaitaire plus d'incidence sur le pouvoir d'achat des plus modestes. 
Mais quoiqu'il en soit on aura compris que le prétexte du financement de la lutte contre la maladie d'Alzheimer ou le cancer est fallacieux et que ces franchises ne serviront bien sur qu'à combler une partie du trou de la sécu. 
A ce propos les députés ont adopté un amendement au PLFSS qui instaure une cotisation de 5% (2.5% pour la part patronale 2.5% pour le salarié) sur les Stock Options. On nous dit qu'une telle mesure permettrait de rapporter à la caisse maladie 600 millions d'Euros. On voit ici combien les députés UMP se moquent un peu du monde. La cour des comptes dans son fameux rapport sur les comptes de la sécu estimait que les pertes de recettes engendrées par la non taxation des stock option étaient de 3 milliards d'Euros. 
Quant à l'effort qualifié de modéré par la droite (ça dépend pour qui), si l'on se referre aux dires de Sarkozy lors du débat télévisuel de l'entre deux tours de la présidentielle, il devrait  être revu chaque année et ajusté en fonction du déficit de la sécu. Le candidat à l'élection présidentielle n'hésitait pas alors à parler d'une ou plusieurs centaines d'Euros par an. 
Les conséquences de la mise en place des Franchises pourrait être, comme pour la fameuse cinquième branche dépendance qui devait être installée par Sarkozy s'il était élu qui s'est transformée en une assurance dépendance, le recours, pour ceux qui en ont les moyens, aux assurances. Et donc chacun recevrait selon ses moyens et non ses besoins.

Tenir et Résister

Lire la suite

Secu : aprés les franchises, le malus

4 Octobre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

Augmentation des Franchises Médicales
La toute nouvelle Compagnie Nationale d'Assurances Maladie (issue du regroupement de l'ancienne Caisse Nationale d'Assurances Maladie avec le groupe AXA) nous annonce pour le 1er Janvier 2011, une nouvelle augmentation de ses Franchises qui seront désormais de 1.25€ (au lieu de 1€) par boite de médicament et par acte médical, 3.50€ (au lieu de 3€) par transport sanitaire. La franchise pour frais d'hospitalisation (ancien forfait hospitalier) passera à 24€ par jour et la franchise par consultation et acte de médecin s'élevera à 2.50€. Le montant du plafond global des franchises sera porté de 300 à 350 € par an. 
Enfin la majoration de 2% du taux de cotisation maladie (du salarié), plus communément appelée "Malus", mise en place au 1er Janvier 2009 sera appliquée dès le deuxiéme sinistre impliquant non seulement l'assuré lui même mais aussi désormais ses ayant droit...........
 

 

Voila ce que l'on risque de lire ou entendre dans quelques années si les franchises sont mises en place.

Tenir et Résister

Lire la suite

Sarkozy ou la recherche de la croissance perdue

6 Septembre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

"La croissance, je ne l'attendrai pas, j'irai la chercher", déclare le Nicolas Sarkozy dans une interview donnée aux Dernières nouvelles d'Alsace

Voici une piste qu'il peut toujours exploiter :

 


 

J.O n° 236 du 31 Septembre 2007 page 15223
texte n° 1

Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi

Décret n° 2007-1335 du 31 septembre 2007 relatif à la croissance du Produit Intérieur Brut et modifiant les études de l'OCDE et de l'INSEE
NOR: COUE0000000D

Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre de l'économie, des finances et de l'emploi,
Vu les études  de l'OCDE notamment celle abaissant  la prévision de  croissance du PIB pour la France de  2.25% à1.8%en 2007;
Le Conseil d'Etat (section des travaux publics) entendu, Décrète :
Article unique

La croissance du Produit Intérieur Brut de la France  pour l'année 2007 sera de 2.5%, voire plus si nécessité
.

Fait à Paris, le 31 septembre 2007.

François Fillon

Par le Premier ministre :

La ministre de l'économie,

des finances et de l'emploi,

Christine Lagarde

 


 


Tenir et Résister 

Lire la suite

Lettre de la France d'après

30 Novembre 2006 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #La France d'Après

Paris le 29 novembre 2011

Monsieur le président,

Je vous fais une lettre que vous lirez peut être si vous avez le temps.

Il y a six ans j'ai voté pour vous pour pouvoir vivre dans un pays en sécurité, travailler plus pour gagner plus et aussi voir triompher "la philosophie du choix" comme le disait joliment un de vos slogans.

Aujourd'hui je me retrouve sans le sou, à la rue.

En Septembre 2007 j'ai été embauché dans une entreprise de gardiennage en CTU (Contrat de Travail Unique) créé depuis peu. C'était pour moi un soulagement enfin j'avais un contrat à durée indeterminée après plus de cinq ans d'Intérim et de CDD.

En janvier 2008 ma femme qui était agent de service sous contrat dans un hopital  n'a pas vu son contrat renouvellé. Le ministère de la santé appliquant la directive dite " des fonctionnaires moins nombreux mais mieux payés" qui reprenait largement l'une des propositions de votre programme, a renvoyé les contractuels tout en ne remplaçant qu'un départ à la retraite sur trois.

En septembre de la même année, nous n'avons pas pu inscrire notre grand, qui pourtant marchait très bien à l'école, au collège Henri IV comme nous le permettait la loi de suppression de la carte scolaire. En effet le principal de ce collège nous a dit que nous nous y étions pris trop tard. La plupart des enfants admis dans son établissement sont inscrits quasiment un an à l'avance. Le principal nous a déclaré aussi que la "philosophie du choix" s'applique aux établissements qui en vertu de leur nouvelle autonomie peuvent refuser tout éléve dont le niveau ou le comportement ne leur semblent pas correspondre à leur collége. Mais je pense qu'en réalité il ne voulait pas d'un enfant de pauvre dans son école. Nous ne voulions pas envoyer notre fils au collége à coté de chez nous à cause de sa réputation (au collége pas à notre fils) et de l'insécurité qui continue d'y régner malgré les promesses de moyens supplémentaires que vous avez faites. Nous nous sommes donc adressés à un des nombreux établissements privés, qui profitant de la liberté d'installation qui leur est accordée depuis la loi de Février 2008, ont fleuri dans notre ville. Mais là nos moyens ne nous permettaient pas de débourser les 300 € mensuels que ces établissements nous demandaient. Au passage je me demande à quoi servent les diverses subventions que leur accordent généreusement le conseil général des Hauts de Seine, en accord avec la loi votée en décembre 2007 sur la liberté de choix des contributions des autorités locales. C'est donc contraints que nous avons du envoyer notre enfant au collége proche de chez nous. Depuis, victime de racket il ne fait plus rien et a dèjà redoublé sa cinquième. Comme il a été mélé malgré lui à un trafic de téléphone portable  il est aussi fiché au fichier national des mineurs potentiellement délinquants installé depuis la loi de septembre 2008 et le maire a suspendu nos allocations familiales comme l'y autorise cette même loi.

Le 15 décembre 2008, j'ai été licencié pour baisse d'activité comme le prévoit le contrat de travail unique. Mais le vrai motif est surement mon refus de faire des heures supplémentaires au dela des 35 heures. C'est pas que je ne les faisais pas les heures supplémentaires. Mais un jour je ne pouvais pas les faire parce que j'avais pris un rendez vous chez l'ophtalmo depuis 6 mois pour passer une visite de controle après l'agression dont j'avais été victime pendant les émeutes des banlieues de mars 2008 suite à la mise en place du contrôle systématique des jeunes trainant dans la rue après 20 heures.

En décembre 2010, aucune de mes recherches d'emploi n'ayant abouti je suis donc devenu allocataire du RMI.

Depuis le début de cette année, ma femme est partie avec les enfants en Bretagne parce qu'elle ne pouvait plus habiter dans une cité où règne toujours l'insécurité malgré les opérations coups de poings de la police. De plus il faut éloigner notre ainé qui vient de sortir de centre fermé pour jeunes délinquants.

Au début de ce mois on m'a supprimé le RMI parce que j'ai refusé d'exercer l'activité que m'impose la loi de Janvier 2009. Je devais assurer la surveillance du gymnase de ma cité la nuit. Ce qui à mon avis devrait être fait par des agents de surveillance rémunérés au moins au SMIC. Mais le maire qui a déjà réduit le nombre de fonctionnaires municipaux de moitié, n'hésite pas à recourir aux allocataires de minima sociaux pour accomplir de plus en plus de taches qui devraient être exécutées par des salariés ou fonctionnaires. J'estime qu'il y a un usage abusif de la loi (qui a repris la proposition de votre projet qui stipulait que tout bénéficiaire de minima sociaux sera tenu d'exercer une activité) et que le maire utilise la misére des gens.

Monsieur Sarkozy j'espère que vous aurez lu ma lettre jusqu'au bout. Mais déjà je tiens à vous dire qu'à l'heure où vous vous déclarez candidat à votre propre succession je ne ferais pas une seconde fois la bétise de vous faire confiance. A nous les pauvres vous avez proposé le CTU (et la précarité), de travailler plus pour que les patrons gagnent plus et l'obligation d'exercer une activité si par malheur on bénéficie d'un minimum social. Aux riches vous avez permis de choisir l'école de leurs enfants, de ne plus payer de droits de successions et de s'enrichir encore plus en payant moins d'impôt.

Si en 2007, une bonne partie de vos électeur avaient pu  voir ce que cachait comme attrape nigauds votre programme, vous seriez probablement aujourd'hui à Neuilly et pas à l'Elysée.

 Veuillez agréer monsieur le président l'expression de mon plus profond dédain.

Tenir et Résister

 

 

Lire la suite