Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

La soupe populiste de Sarko

19 Février 2009 , Rédigé par jacques vingtras

On allait voir ce qu'on allait voir. Au soir d'une rencontre d'avec les syndicats, Sarkozy en personne viendrait lui même causer dans le poste (encore une fois) pour annoncer les mesures qu'il allait prendre pour le pouvoir d'achat.
Et comme toujours quand il s'agit de négociations sociales les décisions étaient déjà arrêtées avant même que ne commencent les discutions. C'est dire la place qu'il accorde au dialogue social !
Et encore une fois les mesures prises ne sont pas à la hauteur de la crise et des attentes des Français.
Et encore une fois seul est mis à contribution l'Etat, c'est à dire à terme tous les citoyens (et oui au risque de déplaire à l'occupant à titre gratuit de l'Elysée l'Etat ce n'est pas que lui mais l'ensemble des citoyens de France) . Et ce à grand coup de creusement de la dette et des déficits publics pourtant déjà abyssaux.
Et encore une fois Sarkozy ne dépasse pas son crédo libéral obsessionnel de relance principalement par l'offre.
On remarquera aussi qu'avec l'attribution de primes pour les chomeurs, l'augmentation de certaines allocations ou la distribution de chèque emploi service, l'omniprésident bon prince va développer ce qu'à une époque encore récente il dénonçait comme un mal de notre société : l'assistanat.
On ne peut s'empécher aussi de rapprocher le montant des sommes engagées pour l'ensemble de ses mesures estimées à 2.6 milliards d'Euros des sommes injectées pour renflouer l'industrie automobile (7.8 milliards d'Euros) ou le systéme bancaire (21 milliards) ou même du manque à gagner engendré par le paquet fiscal (entre 10 et 15 milliards selon les estimations).
Si on prend maintenant les mesures un peu plus dans le détail on s'aperçoit qu'on est plus proche de l'aumone que du vrai coup de pouce au pouvoir d'achat.
L'exonération du paiement des deux derniers tiers de l'impot sur le revenu pour la tranche la plus basse ne représente qu'une hausse de 35 Euros mensuels pour les foyers ayant un revenu équivalent au plafond de cette tranche (11374 euros). En effet l'impot à acquitter pour ce revenu se monte à 532€. Si l'on retire le premier tiers déjà versé il reste 354€ qui ne seront pas déboursé au titre des deux derniers tiers. Soit un gain de 35.46 € par mois jusqu'à la fin de l'année. Attention cette "hausse" concerne les foyers situés à la limite supérieure de la tranche d'impôt.
On estime que le gain moyen généré par la mesure proposée par Sarko serait de 200€ (soit 20€ par mois jusqu'à la fin de l'année). En plus cette mesure ne concerne que les foyers modestes qui payent des impots sur le revenu. Et non pas les 49% des foyers qui ne sont pas soumis à cet impôt. Au passage rappelons qu'en France tout le monde paye des impots ne serait ce qu'à travers la TVA.
Pour ce qui concernent les primes de 500€ pour (je cite) tous les salariés pouvant justifier" de deux à quatre mois de travail et qui n'ont pas droit à une indemnisation de l'Unedic et de 150€ pour les 3 millions de familles ayant des enfants scolarisés et qui bénéficient aujourd'hui de l'allocation de rentrée scolaire si elles sont les bien venues elles ne sont que ponctuelles et donc inaptes à relancer l'économie de manière durable.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

la fleur 22/02/2009 11:46

Pourtant le reflexe de l'ardent défenseur de " la valeur travail " aurait dû être de le rémunérer , comme il se doit ..et celà passe par des augmentations de salaire .. vocabulaire n'existant pas dans le langage Sarkozien .. effectivement c'est de l'aumone , qu'il propose , ou les heures sup !