Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Demolition man

21 Juin 2008 , Rédigé par jacques vingtras

"LA REFORME" Sarkozy et sa bande n'ont que ce mot à la bouche quand il s'agit de vendre  la politique "de changement " de la société française qu'ils ont entreprise à grands coups de lois, réglements, dissolutions, coupes budgétaires, cadeaux fiscaux, franchises, non remplacement de fonctionnaires, fermetures de tribunaux, de casernes et bientôt d'hopitaux..... : .
A leurs yeux elle est nécessaire  pour moderniser un pays qui vivait sans le savoir dans le passé. Entendez par là qu'il refusait le  libéralisme qui aujourd'hui apparait comme la seule théorie économique possible pour la planéte.

Mais le prince omniprésident du pouvoir d'achat du président ne réforme pas la société : il l'informe, la déforme, la difforme, la méforme....
Tel Raoul Volfoni dans les "Tontons Flingueurs" : il la soigne la France, il lui a fait une ordonnance et une sévére. Aux quatre coins de l'univers qu'on va la retrouver éparpillée par petits bouts. Il ne correctionne plus, il dynamite, il disperse et il ventile".

En fait de réforme tout ce que Sarkozy et son gouvernement mettent en oeuvre, aidés par des parlementaires UMP qui parfois vont même au dela des limites que se sont fixées le président de la république et ses ministres, c'est une véritable  et méthodique opération de démolition dont les deux principaux axes sont ramener l'Etat à sa plus simple expression et  responsabiliser les citoyens (entendez par là les faire payer).

Quand il ne privatise pas plus ou moins franchement, parfois au profit d'amis comme pour GDF ou Areva, Badinguet  favorise le recours au privé en décourageant les gens et en abaissant le niveau de prestation du public comme avec les franchises médicales. Par ailleurs il fragilise financiérement les entreprises publiques peut être pour mieux les controler et pour favoriser parfois des entreprises privées, souvent encore une fois aux mains de quelques amis, comme c'est le cas avec la suppression de la publicité pour France Télévisions.
Quand le pouvoir d'achat baisse ou stagne il ne trouve rien de mieux que "déléguer" le soin de l'accroitre à la grande distribution qui est responsable pour une bonne part de l'affaiblissement du pouvoir d'achat.

Pour lui, chaque individu doit comprendre qu'il ne peut plus vivre avec ses petits priviléges ou avantages. Il faut que chacun fasse des efforts : le malade en payant des franchises, les chômeur en acceptant des offres avec un salaire d'un tiers inférieur à son ancien salaire et jusqu'à deux heures de déplacement de son domicile, le futur retraité en cotisant 1 an 2 ans 3 ans de plus pour obtenir une pension correcte, le justiciable en étant prèt à faire 30 à 100 kilométres pour aller dans un tribunal, le lycéen en intégrant des classes de 40 éléves....

Ainsi va Sarkozy "libéralisant" à outrance notre pays, implantant le chaos, détruisant morceau par morceau un édifice social et économique, certes perfectible mais qui fonctionne (et oui n'en déplaise aux néo libéraux), bati pendant plusieurs décénies de luttes, accords et compromis.

Cette mise à bas ("rupture" en langage Sarkozy-Fillon) lance aussi un véritable défi à la gauche si elle revient aux affaires : ne pas revenir au passé mais batir sur les ruines encore fumantes un modéle social et économique nouveau.
Mais en est-elle capable ?  Du moins pour la gauche dite de gouvernement qu'est le parti socialiste et ses alliés.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article