Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Articles récents

Flipper Sarkozy

15 Octobre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Le journal "Le Point" sur son site internet publie une interview de Monsieur Fils en titrant : "Le dauphin chez les requins". Ainsi nous ne le savions pas mais Jean fils de Nicolas Premier l'Omniscient serait  l'héritier de la république. C'est d'ailleurs  probablement pour ça que Sarkozy dés son arrivée à l'Elysée s'est empressé de faire voter par ses gens une loi supprimant les droits de succession.  
Il serait bon de rappeler à tous ces pisses copies et plumitifs flagorneurs et suce boules que la France est encore une république (de moins en moins)démocratique et non un royaume que l'on peut se refiler de père en fils en tout ou en partie.
Sarkozy fils n'est et ne sera jamais (à moins d'un coup d'Etat de son papounet) le dauphin de son pére parce qu'il n'héritera pas de la république, il faudra qu'il se fasse élire et pas  seulement par quelques amis ou électeurs acquis à la cause paternelle. A moins que dans leur grande bétise une majorité de Francais dans quelques années le porte à la magistrature supréme.  Mais ça c'est une autre paire de manches.

Dans l'inter view publiée sur le site du "Point" le jeune Sarkozy nous la joue victime. Genre on me reproche mon nom, mon age et même la religion de ma femme.
Bien sur qu'on ne peut lui reprocher son nom. Quoique,  il ne serait pas appelé Sarkozy il n'est point sur qu'il aurait réussi aussi facilement à se faire élire au conseil général du 9-2. "On triomphe sans gloire à vaincre sans péril" dit l'adage.Quant à son age on ne saurait aussi lui reprocher d'autres par le passé ont pu montrer leur capacité malgré leur jeune age. Un cacique de l'UMP pour défendre le jeune blanc bec (traduction un peu suranée de jeune trou du cul) n'hésitait pas à en appeler à Hoche ou Marceau qui étaient généraux et vainqueurs sur les champs de bataille à 23 ans. Rappelons quand même que Hoche était fils de palefrennier et Marceau était le descendant d'un procureur au baillage.
Non ce qu'on peut lui reprocher c'est d'utiliser son nom pour malgré son age partir dans des conquêtes politiques faciles. On peut aussi lui reprocher son manque d'expérience véritable de la confrontation réelle avec de vrais adversaires avec qui débattre sur le terrain des idées. Son seul et unique haut fait politique dont le parent certains journalistes c'est d'avoir larguer Mariton en pleine course pour la mairie de Neuilly quand il a senti le vent tourner. En clair c'est une trahison. Et encore il n'avait pas après ça choisi le bon bourrin qui s'était fait pilé par un  dissident ce qui en dit long sur son sens politique.
Ceci dit on peut s'interroger sur les motivations de Sarkozy père qui pousse son rejeton à prendre le poste de président de l'EPAD.
Il est de notorièté que si Chirac n'est pas plus inquiété que ça dans toutes les affaires judiciaires qui lui collent au derrière c'est parce qu'il a conclu avec son successeur à l'Elysée un accord. Il est clair qu'un tel accord entre deux personnes qui se détestent cordialement n'aurait pu être conclu si Chirac n'avait en sa possession quelques dossiers compromettant pour l'actuel chef de l'Etat. Quand on sait le nombre de dossiers sulfureux qui touchent l'EPAD et ce depuis sa mise en place en 1958 on ne peut que supposer qu'un certain nombre de ces dossiers implique de près ou de loin le président de l'EPAD qu'a été Nicolas Sarkozy. Donc s'il tient tant que ça à installer son fiston dans le fauteuil qu'il a lui même occupé c'est pour être sur que rien ne transpirera. Et ce d'autant plus que les parrains (c'est vraiment le terme) du petit Jean ne sont autres que les multi condamnés Patrick et Isabelle Balkany.

Tenir et Résister
Lire la suite

Le sou des écoles privées

29 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Décidément, ce que Fillon ou Sarkozy ne veulent pas faire ouvertement, les parlementaires UMP le font insidieusement comme ça souvent au détour d'une loi avec un petit amendement.
Dernière victime en date, et non des moindres la laicité.
Sur proposition du sénateur UMP (il va s'en dire) Jean Claude Carle, une loi vient d'être approuvée par l'assemblée nationale après avoir été déjà votée au Sénat en Décembre 2008.
Cette loi impose aux communes qui ne disposent pas des capacité d'accueil dans leur  école publique de financer les écoles privées situées hors de leur  territoire qui accueillent des enfants résidant dans ces communes. Cette obligation court aussi si les enfants sont scolarisée dans des établissements privés à cause d'un impératif de travail des parents ou si un autre enfant de la famille fréquente l'école.
On sait que depuis 1994 et la tentative presqu'avortée de François Bayrou, la droite n'a de cesse que d'affaiblir l'enseignement public (avec les compressions de personnels entre autres) pour renforcer et remettre en première ligne l'enseignement privé (que l'on ne saurait nommer de "libre").
Le réve d'une certaine droite dont font partie Sarkozy, Fillon et Bayrou est le retour aux lois Falloux.
Ainsi avec ce texte, demain la commune de Clichy sous Bois (qu'il n'est pas insultant de qualifier de pauvre) pourrait être amenée à participer à verser à sa riche voisine du Raincy une participation au financement des écoles privées situées sur le territoire de cette dernière.
En plus n'oublions pas que Sarkozy a, comme il l'avait promis durant la campagne de 2007, démanteler en grande partie la carte scolaire. Ce qui peut conduire à un véritable exode scolaire des enfants des communes moins favorisées vers les communes un peu mieux loties.
On peut aussi noter que l'argent que les communes verseront pour leur contribution au financement des écoles privées situées hors de leur territoire elles ne pourront pas le consacrer au financement de leurs propres établissements. D'où un appauvrissement encore plus fort ou le recours à l'augmentation de la fiscalité locale.
Tenir et Résister
Lire la suite

Forfait(ure)

28 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Hier dans le "Journal du Dimanche", propriété de Lagardère,Fillon révélait les grandes lignes de son budget.
Au programme des réjouissances qui nous attendent l'année prochaine l'augmentation du fofait hoitalier qui devrait passer de 16 à 18€.
Ouf certains se disent il n'a pas augmenté autant que l'avait dit Darcos. Ce qui permet à Fillon de se faire l'image d'un premier ministre social et modéré. On s'attendait à 20 et hop il annonce 18 en attendant que Sarkozy décide de la mettre à 19 ne serait ce que pour crontrarier Fillon et montrer qui est le chef. Nom de dieu ! Enfin même si l'augmentation reste ou plutot peut apparaitre modérée, elle est bien réelle.
Dans cette affaire peu importe le montant. Ce qui compte c'est le fait qu'augmente ce qui apparait comme une véritable fiscalité de la maladie tout comme les franchises dont le forfait annuel va probablement augmenter aussi.
Il en est ainsi de la politique générale de Sarkozy, Fillon, le gouvernement et les parlementaires UMP. Ils déplacent la pression fiscale ou parafiscale des plus aisés vers les plus faibles.
Ainsi la proposition de Copé de soumettre à chages sociales les indemnités d'accident du travail part du même esprit.  On notera au passage que le candidat déclaré à l'élection présidentielle de .......2017 a repris une des propositions  émanant d'un "machin" qu'il a lui même installé "Les Etats Généraux de la Dépense Publique". Le site de cette instance proposait comme idées les mieux notées : l'indexation des indemnités des élus, la suppression du Sénat, la présentation des dépenses publiques sur internet et la réforme du mille feuille administratif. Assez bizzarement Copé n'aura retenu que l'une des propositions qui n'implique pas les élus ou les plus aisés.
Tenir et Résister

Lire la suite

La croissance de Fillon

18 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Ce matin dans un torche cul gratuit  (appartenant à un riche industriel francais qui avait  un temps offert une croisière à un ancien ministre de l'intérieur nouvellement élu à la magistrature supréme) on pouvait lire le titre suivant "Croissance : Fillon revoit les prévisions à la hausse".
 Alors là d'emblée on se dit que si notre sémillant premier sinistre pense que la croissance revient c'est que c'est la fin de la crise. Et que tout va repartir. Fini le chomage, les banques qui ne prêtent pas, les déficits abyssaux....
Le titre semblait indiquer par un raccourci visuel que la croissance allait repartir à la hausse, qu'elle allait augmenter enfin qu'elle allait croître.
Pressé que l'on pouvait être d'apprendre une bonne nouvelle en cette période plutot morose, on courrait vite à la page 17 pour découvrir enfin le fin mot de l'affaire.
Et là on apprenait que non la croissance ne croisserait pas. Seulement les chiffres prévisionnels pour 2009 passaient de -3% à -2.25%. En clair que la croissance "négative" serait moins forte que prévue. L'économie francaise (à condition d'admettre que le PIB et sa croissance sont les seuls critéres à prendre en compte) ne va pas vers le mieux elle va vers le moins pire.
On pourrait rétorquer que ce n'est pas parce qu'on descend moins profond qu'on remonte.
Voila mise à jour une technique dont usent et abusent les hommes et femmes politiques en général et plus particulièrement Sarkozy, son gouvernement , ses parlementaires et sa presse.  

C'est comme l'accroissement du chomage qui baisse. Les gens entendent  "chomage qui baisse" alors qu'en vérité il continue d'augmenter mais moins vite.

Tenir et Résister
Lire la suite

Besson propose La Carte de Séjour Gold

15 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Le ministre de l'immigration, de l'indentité nationale et de la coopération (MIINC), Eric Judas Besson, présente ce matin le décret qui propose une carte de résident de dix ans contre une contribution économique exceptionnelle.
Ainsi tout étranger qui "crée ou sauvegarde ou s'engage à créer ou sauvegarder au moins 50 emplois" ou qui "investit ou s'engage à investir 10 millions d'Euros" se verra proposer une carte de résident valable dix ans.

Après Joyandet et sa proposition de Loto pour l'Afrique c'est au tour du félon Besson de plagier la Française des Jeux.
Mais lui il le fait à l'envers. Ce n'est plus "avec un ticket gagnez des millions" c'est "avec des millions gagnez un ticket".
"Eh oui Mesdaaames zé messieurs, pour seulement dix petits millions d'Euros (pas de Francs CFA), ce n'est pas un visa de 3 mois, ce n'est pas une carte de séjour d'un an mais, tenez vous bien, la maison ne recule devant aucun sacrifice aujourd'hui nous vous proposons une magnifique carte de résident pour dix ans: la fameuse "Carte de Séjour Gold"

D'emblée on sent bien qu'il y a les bons immigrés, riches qui sont prêts à investir en France et les immigrés indésirables, pauvres qui n'ont que leur désespoir et leurs bras à offrir comme le pensent Sarkozy (à l'origine du projet comme toujours), Hortefeux (spécialiste de l'immigration auvergnate et autres qui disait il n'y a pas si longtemps "quand il y en a un plein de pognon, ca va; c'est quand il y a beaucoup sans fric, qu'il y a des problèmes.") ou Besson.
 
Avec cette mesure Besson et ses services comptent séduire 200 personnes sur les 1000 potentiellement concernées.

Maintenant interrogeons nous sur le type d'individu qui pourrait accepter de payer 10 millions d'Euros pour pouvoir résider dans l'autoproclamé mais de plus en plus usurpateur  pays des droits de l'homme.

La France occupe la deuxième place mondiale (derrière les Etats Unis) en terme d'investissement étranger sur le territoire national. La très très grosse majorité des investissements est faite par des entreprises qui, il va de soit,  n'ont pas vocation à résider chez nous.
De la même manière la plupart des particuliers fortunés qui investissent en France le font en priorité pour pouvoir faire des bénéfices et souvent s'ils viennent séjourner en France  ils ne le font qu'épisodiquement  et n'ont pas forcément envie de payer des impôts (qui ont la mauvaise réputation à tort pour les riches d'être parmi les plus élevés au monde) comme tout résident français.
Donc qui reste-t-il ? Peut être quelques dictateurs spoliateurs de leur peuple qui s'ils se font détroner n'auront qu'à dire qu'ils "envisagent" d'investir quelques millions en France pour obtenir une carte de résident décennale sans avoir à passer par la case réfugié politique.
Ou bien peut être quelques amoureux de la France tout du moins de l'image qu'ils s'en font...

Le pire dans cette proposition c'est qu'elle risque de détourner vers la France de l'argent qui pourrait être investi dans des pays en demande .Ainsi cela freine le  développement de ces pays et affaiblit donc la demande de main d'oeuvre et augmente le chomage.  Ce qui conduit à terme à un accroissement de l'emigration économique de ces pays vers........la France.

Tenir et Résister
Lire la suite

Les forfaits de Monsieur Woerth

8 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Pour justifier la probable augmentation du forfait hospitalier, en attendant une possible hausse du forfait des franchises, le ministre des comptes publics Elliot Eric Woerth parle "de mesure pour enrayer les dépenses".

Rappelons lui quand même que le déficit des comptes de la sécurité sociale prévu à  plus de 20 milliards d'Euros en 2009 est  plus surement du à une baisse mécanique des recettes qu'à un accroissement des dépenses. La hausse sans précédent du chômage implique de fait une contraction de la masse salariale qui est la principale base des prélévements sociaux. Or rien qu'au premier trimestre de cette année la masse salariale a chuté de 2.2% .  Et comme  la baisse d'un point de pourcentage de la masse salariale équivaut à deux milliards d'euros de recettes perdues par la Sécu on arrive à  une perte de 4.4 milliards. On peut aussi prendre en compte le manque à gagner engendré par l'éxonération de charges patronales sur les indemnités de chomage partiel. Ainsi au deuxieme trimestre de cette année 319000 personnes étaient en chomage technique ou partiel. Si ce nombre se maintient jusqu'à la fin de l'année (et le rélévement du plafond autorisé à 1000 heures par an au lieu de 800 devrait y contribuer),  cela représentera  une perte supplémentaire  de 1 milliard d'Euros pour 2009.
N'oublions pas non plus le manque à gagner endémique et donc la hausse du  déficit que constituent les nombreux allégements ou éxonérations accordés aux entreprises  par Sarkozy et ses sbires pour des motifs qui ne sont pas toujours le maintien de l'emploi. Ces "cadeaux" faits aux entreprises sont  trés partiellement et souvent avec retard compensés par l'Etat.

Mais il est évident que Woerth, Darcos, Fillon et bien sur Sarkozy ne s'attaqueront jamais à la baisse des recettes tous soumis qu'ils sont au crédo libéral "qu'il ne faut pas augmenter les prélévements". Le gouvernement  a ainsi renoncé à appliquer ce que préconisait la cour des comptes et son président Philippe Séguin :supprimer l'éxonération de cotisation sociales dont bénéficient les stock options. Cette mesure selon le rapport de la cour des comptes aurait permis de récupérer 3 milliards d'Euros.

On peut dire que ce crédo de non augmentation des impots, taxes et charges sociales est quand même mis à mal. Et les solutions envisagées pour diminuer les dépenses telles que l'augmentation du forfait hospitalier, la hausse du plafond annuel des franchises jusqu'à 100€ ou le déremboursement de certains médicaments certes n'augmenteront pas la pression des prélévements des bien portants  mais plus surement auront un impact direct sur le pouvoir d'achat des malades. Et ce de manière beaucoup plus significative que veulent le laisser croire  l'UMP ses parlementaires, ses ministres et son président. Quand Darcos dit que 20€ ce n'est pas un grosse somme on peut lui rétorquer que ça depend pour qui. Ainsi la moitié des salariés en France gagnent moins de 1500€ par mois. Une journée d'hopital leur coutera au moins 1.33% de leur salaire. Les 17% de Smicards devront quant à eux y consacrer 3% de leur salaire. Il est vrai que pour Monsieur Darcos le forfait hospitalier, s'il y est soumis, ne devrait couter que 0.25% de ses émoluments.
En s'attaquant aux malades directement le gouvernement se livre à l'un de ses exercices favoris : la stigmatisation d'une partie de la population. Le trou de la sécurité sociale augmente, c'est la faute à ces fainéants de malades qui se prélassent dans leur lit d'hopital pendant que d'autres triment. Il faut donc les pénaliser (en langage UMP on dit responsabiliser) en leur faisant payer ce qui tout compte fait se révéle être un véritable impôt sur l'hospitalisation.

Pourtant d'autres pistes sont à explorer. On pourrait par exemple s'interesser  aux laboratoires pharmaceutiques qui sont quand même les principaux bénéficaires de la hausse de consommation de médicaments. Ou encore aux cliniques privées qui en refusant d'exécuter certains actes qui ne sont pas assez rentables conduisent à la surcharge des hopitaux publics en actes "non rentables" et donc des dépenses supplémentaires pour le secteur public. Et pourquoi pas aller voir du coté des compagnies d'assurances qui se font de plus en plus pressentes. pour entrer dans les structures de gestion de l'Assurance Maladie (Ce qu'elles vont probablement obtenir incessement sous peu)
Pourquoi ne pas mettre en place une contribution de 11% sur les bénéfices des laboratoires pharmaceutiques, des cliniques privées et des compagnies d'assurance.
Ce serait faire preuve de plus de justice, étant donné que ce sont là trois des principaux bénéficiaires du déficit de la Sécu.

Tenir et Résister

Lire la suite

Le casino de Keynes

6 Septembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

 "Lorsque dans un pays, le développement du capital (l'investissement) devient le sous-produit de l’activité d’un casino, celui-ci risque de s’accomplir dans des conditions défectueuses " disait Keynes en 1936  dans son livre " Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie ". Il voulait dénoncer la dérive du capitalisme de l'époque qui privilégiait un rendement à court terme basé sur la spéculation plutôt que sur la réalité économique des entreprises.

On peut sans aucun risque dire que la crise que nous connaissons aujourd'hui est en grande partie due à ce casino boursier et financier que dénonçait Keynes.

Les banques d'investissement dont c'est le métier, dans un premier temps, mais ensuite les banques de dépots qui à l'origine ne devaient recevoir que des dépots et accorder des crédits, ont mis en place, au cours des trente dernières années, des départements  ou salles des marchés.
C'est dans ces salles de marchés qu'opérent et agissent les fameux  traders.
Le but de ces salles est d'investir pour le compte de clients dans des titres, de la monnaie ou des matières premiéres pour obtenir le meilleur rendement possible. C'est à dire pour que chaque Euro ou Dollar investi rapporte le plus possible dans un délai le plus court possible.

La recherche de ce rendement maximum a mené les traders vers la spéculation.
La spéculation peut être assimilée à un jeu de casino comme le Black Jack ou le poker
Le trader va investir dans un titre, une monnaie ou une matière première parce qu'il parie sur une hausse de cette valeur par exemple. Il le fait non seulement  au vu d'informations  qu'il détient mais aussi en fonction de ce qu'il estime que d'autres acteurs économiques ont comme information, voire en anticipant l'évaluation que feront de la valeur ces acteurs.
Tout comme le joueur de Black Jack ou Poker qui mise sur son jeu au vu de ce qu'il connait (ses propres cartes) mais aussi au vu de ce qu'il estime que la banque ou les autres joueurs ont comme cartes ou pensent qu'il a comme cartes.

Si on va jusqu'au bout de la pensée de Keynes, on peut se demander pourquoi ne pas appliquer aux  banques (du moins pour leurs opérations de salles de marchés) la même fiscalité que les casinos.

A savoir : 0.5% sur chaque Euro ou Dollar investi  
Puis un prélévement progressif par tranche allant de 10% sur les 87 000 premiers euros jusqu'à 80% au dela de 14 149 500 euros de plus values réalisées dans l'année.
Et que les banques ne viennent pas nous dire que c'est trop compliqué. C'est souvent la base de calcul des bonus accordés aux traders.

On notera au passage que la fiscalité des casinos a été allégée le 1er septembre 2009 par le gouvernement Sarkozy entrainant une perte de recettes supplémentaire de 40 millions pour le fisc, les collectivités locales et les comptes sociaux


Tenir et Résister
Lire la suite

La liste de Woerth

31 Août 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Eric Woerth ministre du budget et des comptes publics (qu'il s'emploie à mettre de plus en plus à mal) révélait dans le "Journal du Dimanche" de Samedi (Eh oui c'est comme France Soir qui sort le matin) qu'il détenait la liste de 3000 contribuables détenant dans des banques suisses des comptes non déclarés au fisc .
Alors là on pouvait se dire que tel Eliot Ness l'incorruptible, il allait  traquer les fraudeurs et être impitoyable avec ces personnes qui spolient l'Etat  et les autres contribuables. A titre indicatif le fraudeur est puni fiscalement de  supplément d'impôt avec  intérêts de retard et pénalités), et peut être puni pénalement d'une amende maximale de 75 000 €,  ou d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 5 ans fermes (rare dans la pratique)et souvent de peines complémentaires telles l'obligation de publier, aux frais du condamné, le jugement dans 2 ou 3 journaux nationaux  ou encore la perte des droits civiques pendant 5 à 10 ans.
Enfin on se disait qu'il allait y avoir du sang. Et déjà les fraudeurs se préparaient ils à l'exil pour ne pas connaitre la vindicte publique. 

Hier Elliot Woerth nous révélait son plan de traque des délinquants. En effet c'est comme ça qu'il faut les désigner car  "le fait de se soustraire frauduleusement à l’établissement ou au paiement de l’impôt par dissimulation volontaire de sommes sujettes à l’impôt" selon l’article 1741 du code général des impôts est constitutif d'un délit. Le ministre du budget droit comme la justice, impitoyable n'a pas hésité l'ombre d'un centième de seconde pour réclamer que les fraudeurs.................rapatrient les 3 milliards d'Euros détenus dans les helvétes établissement bancaires avant la fin décembre 2009 pour régulariser leur situation.

Pas de doute que celui ou celle qui aura été pénalisé de  10% pour avoir  déposé sa déclaration avec quelques jours de retard appréciera surement la clémence de Monsieur Woerth qui se montre encore une fois plus pitoyable qu'impitoyable.

Mais bon ce n'est qu'une demi surprise venant de la part de quelqu'un qui au mois de mai dernier pour évoquer les 30 milliards de pertes fiscales et sociales n'a trouvé comme exemple que les fraudeurs au RMI ou aux minima sociaux.
Ainsi pour Sarkozy et sa bande de guignols, quelqu'un qui traffique ses feuilles d'impôts ou ses déclarations pour percevoir le RMI, ou fait des feuilles de payes fictives pour toucher des indemnités chômage est un dangereux fraudeur qu'il faut réprimer sur le champ. Par contre celui ou celle qui va planquer ses millions en Suisse pour ne pas payer d'impôt n'est qu'une personne qui, soumise à une pression fiscale injuste qui lui pompe le fruit de son travail (parfois) mais plutot celui de ses investissements spéculatifs, essaye de protéger son patrimoine et surtout n'a pas pris toute le mesure du bénéfice qu'il peut tirer du bouclier fiscal que mossieu Sarkozy lui a peaufiné. 

Les deux sont évidement des fraudeurs
. Et il n'est pas question ici de défendre celui qui perçoit indument des prestations sociales obtenues par des magouilles. Mais on peut s'étonner de la prévenance dont fait preuve le gouvernement à l'égard de gens qui ont déjà été largement gatés. Et justement à cause des ces cadeaux fiscaux on pouvait attendre du ministre du budget une sévérité accrue et une promptitude à amener devant les tribunaux des délinquants qui en période de budget plus que juste au niveau des recettes, creusent par leur méfait encore plus un déficit devenu chronique et abyssal.

Tenir et Résister
Lire la suite

L'UMP retourne à la Niche

27 Août 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Ce matin on apprend dans la "Tribune"  que les parlementaires UMP Gilles Carrez et Pierre Méhaignerie renoncent à s'attaquer aux niches fiscales.
Pourtant dans leur projet de réforme il n'était nullement question de supprimer les 469 dispositions fiscales qui constituent un manque à gagner de 70 milliards d'Euros annuels pour les recettes de l'impôt.
Non ce que proposaient ces deux révolutionnaires fiscaux c'était soit de diminuer de 10% toutes les réductions d'impôts, soit d'instaurer une franchise de 1% sur le total des réductions dont peut bénéficier un même contribuable.  

Rappelons tout de même que la plus grande partie des réductions d'impôts est captée par les plus riches. Déjà par le fait que seule la moitié  (53%) des quelque 35.7 millions de foyers fiscaux payent l'impôt sur le revenu, principal support  de niches fiscales. Et aussi par le fait que les niches les plus coûteuses pour l'impôt ne sont accessibles qu'à un certain niveau de revenu. Les investissements desfiscalisés dans les DOM en sont l'exemple le plus connu Autre exemple; Les économies d'impôts offertes en cas de cessions d'actions ou d'obligations coutent cher à l'Etat. Ainsi les plus-values mobilières qui ont atteint 15,6 milliards d'euros l'an dernier n'ont généré aucun euro d'impôt, pour le plus grand bonheur de 360.000 contribuables.

Les niches fiscales combinées avec la mesure phare de Sarkozy en matière de fiscalité à savoir le "bouclier fiscal", permettent à certains de réduire encore plus leurs impôts. En effet le bouclier fiscal à 50% s'applique non pas sur les revenus réels mais sur le revenu fiscal de référence c'est à dire après déduction des niches fiscales.
Ainsi Baudoin Prot, PDG de la BNP, en 2008 a eu  un revenu de 3 342 459€. Il devrait donc  payer jusqu'à 1 671 229€ d'impôt .Avec les niches fiscales il peut tout à fait  réduire son revenu de 359 245€ maximum selon le plafond autorisé (25000 + 10% de 3 342 459€) et  ramener son revenu de référence à 2 983 213€ soit un impôt de 1 491 606€ et une réduction de presque 180 000€.

Les arguments avancés par les deux députés pour justifier leur renoncement sont qu'une réforme des niches a déjà été mise en place qui plafonne à 25000€ plus 10% du revenu les réductions d'impôts. Mais surtout reprenant en ça le crédo de leur Maitre (62) et Saigneur Sarkozy ils ne veulent pas  "préter le flanc à la critique d'une droite allourdissant les impôts" particuliérement en pleine discution de la taxe Carbone.

Peut être auraient ils du préciser de quel impôt il s'agit. La politique fiscale initiée en 2000 par Fabius ne tend qu'à la réduction jusqu'à la portion congrue du seul impôt sur le revenu. Pourtant n'en déplaise aux libéraux cet impôt progressif en fonction du niveau de revenu est beaucoup plus juste que les impôts proportionnels type TVA ou future taxe Carbone  qui frappent tout le monde de la même manière.
Et oui rappelons le en France toute personne  qui consomme paye des impôts.

A l'heure où les déficits et la dette (entre autre avec le futur emprunt Sarko) deviennent abyssaux, il ne semble pas opportun au nom d'un crédo imbécile qui assimile les impôts à une ponction, alors qu'il s'agit de se donner les moyens d'investir et de  faire fonctionner les services publics, de renoncer à 70 milliards €uros de recettes surtout après la mise en place d'un bouclier fiscal dont on perçoit chaque jour un peu plus l'impact négatif sur les moyens d'action de l'Etat et la justice fiscale.

Mais ainsi vont Sarkozy et ses sbires. Creusons creusons n'etayons pas. De toute manière si tout s'écroule on dira que c'est la faute aux autres.

Tenir et Résister
Lire la suite

Prends l'oseille et tires toi

24 Août 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Avant son maitre (62 avec talonnettes) et saigneur Nicolas Sarkozy demain, la ministre Lagarde leste avec les chiffres, doit recevoir aujourd'hui les banquiers. Au menu des discutions les bonus mirobolents accordés aux traders par des banques qui ont reçu il y a moins d'un an des subsides de l'Etat. Enfin il s'agit plutot d'évoquer un possible encadrement de ces bonus si messieurs les banquiers voulaient bien avoir la gentillesse d'écouter ce que le gouvernement a à leur dire.
On peut déjà s'étonner de ces réunions tant on pensait que le problème avait été réglé fin 2008 avec les engagements (non contraignants il est vrai) pris par les banques au moment de l'attribution des prêts accordés par l'Etat et aussi en Avril 2009 à l'issue d'un G20 dont certains n'hésitaient pas à nous dire et répéter qu'il avait "mis au pas le systéme financier mondial" voir qu'il avait "moraliser" le capitalisme.  On nous aurait donc menti ?

A l'annonce par "Libération" du  "provisionnement" par la BNP d'un milliard d'Euros pour les futurs bonus de ses traders, Lagarde avait dans un premier temps réagi , en avançant que "si l'on retire les bonus en France, les traders iront forcément ailleurs" sous entendu dans des banques prêtes à leur verser des primes plus que conséquentes.
Franchement, eh bien qu'ils y aillent !

Même s'ils ne sont pas les seuls coupables, les traders ont grandement contribué à la crise financière mondiale. Et ceux d'autant plus que leur mode de rémunération était basé essentiellement sur leurs "performances".  

Ce qu'il faudrait encadrer en tout premier lieu ce n'est pas forcément la rénumération des traders, mais bel et bien leur profession et au delà toute la conception des banques et de la finance.

Le travail du trader
(dont l'une des traductions en francais est "traficant") est de spéculer pour le compte d'autrui souvent dans une banque. Rappelons ici ce qu'est la spéculation. La spéculation c'est jouer en prenant des positions en anticipant sur l'évolution du marché. En quelque sorte c'est parier et miser sur la valeur qu'aura une action, une matière première, une monnaie ou de l'immobilier.
Donc par essence les traders n'investissent jamais à long ou moyen terme dans telle ou telle entreprise dans l'espoir de récupérer une rénumération par le versement de dividendes par exemple. Ils agissent essentiellement de manière à dégager un maximum de plus value à court ou très court terme (parfois quelques heures). Leur choix ne va pas se porter sur une action parce qu'ils croient en l'entreprise, en sa santé financière ou à son expansion mais plus parce qu'ils pensent que la valeur de cette action va monter, suite à une OPA par exemple. Ils ne vont pas acheter du pétrole pour l'industrie pétrochimique mais parce qu'ils parient sur une baisse de la production de brut qui engendrera une hausse du pétrole...

On peut ainsi percevoir que le trader non seulement profite des variations des marchés mais en plus amplifie les phénoménes de hausse ou baisse.
Le trader travaille sur le marché dérivé et non sur le marché réel. Le probléme c'est que le marché dérivé à chaque échelon de dérivation s'éloigne du marché réel et ce faisant donne l'impression d'une sécurité accrue.
C'est comme cela que la spéculation sur les "positions" issues de la titrisation des préts subprime a généré la crise que nous connaissons aujourd'hui et qui perdure dans l'économie réelle alors même qu'elle est quasiment éteinte dans l'économie dérivée.

Les seules vraies mesures nouvelles que pourraient prendre Sarkozy, Lagarde et au dela les Etats du monde seraient de contraindre les banques à revenir sur leur métier de base (récolter l'épargne pour prêter ou développer l'investissement dans l'économie réelle); d'interdire les produits financiers et l'exercice de la profession de "Trader" et pourquoi  pas pénaliser la spéculation.
Mais là hélas on est déjà dans le réve.

Tenir et Résister
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>