Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Vous avez détesté Sarko vous haïrez Copé

15 Novembre 2009 , Rédigé par le cri du peuple

Les accidentés du travail seront très probablement imposés sur le revenu pour les indemnités journalières que leur verse la sécurité sociale. Rappelons que ces indemnités qui s'élévent à 60% du salaire de base pendant les 28 premiers jours sont versées aux personnes victimes d'un accident du travail pour compenser la perte de salaire générée par leur arrêt de travail. 
 Si après les 57 députés UMP qui l'ont adopté à l'assemblée (contre 25), la majorité du Sénat approuve à son tour cette mesure, ce sont quelque 150 millions d'Euros qui devraient rentrer dans les caisses de l'Etat. Une goutte d'eau comparé aux milliards que coute chaque année au budget le Bouclier Fiscal.

Au centre et à l'origine de cette mesure se trouve le "patron" des députés UMP : Jean-Francois Copé.  Pour justifier la mise en place de cette disposition, celui qui se verrait bien Président de la République en 2017 n'hésite pas à évoquer la justice fiscale.
Ainsi dans le Parisien il y a quelques mois il trouvait "anormal que quelqu'un qui se foule la cheville en jardinant chez lui le week-end paye des impots sur les indemnités maladie que lui verse la CRAM. Alors que s'il se foule la cheville en sortant de son jardin pour aller à son travail, il ne sera pas imposé sur les indemnités que lui verse la Caisse des Accidents du Travail et Maladies Professionelles.  Effectivement c'est tout à fait anormal. Mais plutot que de vouloir imposer l'accidenté du travail, il serait plus juste d'exonérer le malade aussi. En effet tous deux subissent une baisse de revenu conséquente.

La proposition de Copé n'a pas rencontrer le succés escompté en particulier auprès du Medef.
En effet pour le Medef, ces indemnités sont une "prestation à caractère indemnitaire financée par un régime d'assurance, dont les seules ressources sont les cotisations employeurs". A ce titre, "elles n'ont pas une nature de revenu" et "il n'est pas justifié qu'elles soient dans l'assiette du revenu imposable".
Ainsi Copé s'est coupé d'une partie importante et précieuse  d'un soutien pour la réalisation de ses ambitions présidentielles.

Surtout qu'il n'avait pas ménagé sa peine pour être agréable aux syndicats patronaux et aux riches.
Comme l'a si justement rappelé Henri Emmanuelli, "C'est une provocation stupide, c'est une provocation intolérable (...) quand on sait qu'il y a dans ce pays des niches fiscales d'à peu près 73 milliards d'euros".

Et en particulier cette niche qui permet d'exonérer totalement de l'impot sur les sociétés (33%) les plus values encaissées par les entreprises et fonds d'investissement  lorsqu'ils vendent leurs filiales ou participations  détenues depuis au moins deux ans. Le manque à gagner pour l'Etat généré par cette mesure dont ont bénéficié plus de 6200 sociétés depuis 2007 est évalué à 20,5 milliards d'Euros soit environ 136 fois les rentrées fiscales que devrait rapporter la fiscalisation des indemnités d'accident du travail. Un petit détail qui a quand même son importance, l'amendement qui installa la niche fiscale sur les plus values a été porté en décembre 2004 par le sénateur UMP Philippe Marini à la demande du ministre du budget de l'époque un certain Jean-Francois Copé. Soulignons aussi que cette mesure avait été préparée par le ministre de l'Economie  de l'époque devenu depuis président de la république. 

Rappelons nous aussi que le bouclier fiscal existe depuis 2006. A l'époque il avait été limité à seulement 60% des revenus. Le ministre du budget qui a porté cette réforme dont on mesure aujourd'hui l'injustice qu'elle constitue et la contrainte qu'elle impose au budget, nétait autre que l'actuel président du groupe parlementaire UMP à l'assemblée, député de Seine et Marne, maire de Meaux, président de la communauté d'agglomération du pays de Meaux et avocat conseil au cabinet Gide Loyrette et Nouel : Jean-François Copé. 

En 2005, alors qu'il était ministre il bénéficiait d'un appartement de fonction de 230m2 (soit plus que les 140m2 autorisé par les consignes ministérielles) loué par l'Etat (c'est à dire avec les sous de contribuables) 5500€ par mois. Or il était  propriétaire depuis peu d'un appartement dans le XVIème arrondissement de Paris. Il transgressait donc la règle qui veut qu'un ministre propriétaire d'un appartement dans Paris ne peut disposer d'un logement de fonction.  Comment voulez vous faire confiance à quelqu'un qui veut imposer aux autres des mesures restrictives alors que lui même ne respecte pas les régles? 

Avec cette affaire de fiscalisation des indemnités pour accidents du travail, Copé nous révéle son vrai visage.  Celui d'une droite sans scrupule, dédaigneuse des pauvres et amie des riches.
Quand il parle de coproduction législative, ce n'est pas pour permettre au parlement d'être une force de proposition autonome qui serait là pour atténuer les excés d'un président omniprésent. Non c'est pour pouvoir compléter et renforcer l'injustice déjà grande qu'impose au pays l'hote (à titre gratuit pour lui mais pas pour nous) de l'Elysée. C'est presque pour pouvoir réaliser les rêves les plus fous d'une droite libérale  et  de quelques riches et même devancer leurs aspirations.
Copé est bien dans la lignée d'un Sarkozy qui contraint les plus pauvres en aidant les riches, qui veut  concentrer les pouvoirs et incarner à lui  tout seul la France.
Copé c'est Sarkozy avec moins de bling bling mais plus d'ENA. On peut comprendre parfois que certains Français puissent se laisser berner par les discours de la buse de l'Elysée dont on ne peut que constater l'éloquence. On voit mal Copé avoir ces accents parfois faussement de gauche et souvent populistes qui ont conduit Sarkozy à la magistrature supréme.
Copé dégage autant de chaleur humaine qu'un cube de glace dans un verre de vodka comme dit Poutine. Il trimballe sur tous les plateaux de télévision sa moue dédaigneuse d'Enarque sûr de ces certidudes. Même quand il veut jouer le sympathique ça sonne faux.

Alors je vous le dis vous avez détesté Sarko vous haïrez Copé.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Crétin 28/03/2011 10:23



Tout-à-fait le portrait de Copé. Sarkozy est "humain" à côté ce cet être froid sans aucun sentiment, qui défèque sur les pauvres.


Par rapport à Copé, on pourrait qualifier Sarkozy de mère Térésa. Il y a encore un peu d'humanité chez Sarkozy, un peu de bonté, de compréhension.


Chez Copé, l'altruisme se mesure en dose homéopathique.


Copé au pouvoir, ce sera l'enfer pour les petits travailleurs, ce sera encore pire que ça l'est actuellement, si c'est encore possible.



Jean Legain humoriste 23/11/2009 22:23


Les riches c'est fait pour être très riche et les pauvres très pauvres"
Don Salluste


Lucien Aymard 17/11/2009 23:53


Ne parlons pas de Copé, c'est la pire des espèces de Brie Collé . Ce Brie qui pue le vieux camambert tellement il est
pourri.


des pas perdus 17/11/2009 20:48


Entre sarko, fillon, copé et le reste de la bande ump, je ne fais pas de détails...


joel 16/11/2009 17:58


oui, mais son appart était en travaux, et sa femme enceinte !  ..

sont autant détestables ! ..On peut même allonger la liste


cordialement