Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Sarkozy conspué par des militants UMP à Bayonne?

3 Mars 2012 , Rédigé par le cri du peuple

Depuis le début de la campagne présidentielle de Sarkozy, qui n'a pas débuté avec la déclaration du tenant du titre mais dés la désignation de celui qu'il considére  comme son principal adversaire : François Hollande, le toujours et encore (hélas) président de la République, a passé son temps à allumer des contre-feux. Il veut donner l'impression qu'il est encore le maître du jeu. C'est le fameux une proposition nouvelle chaque jour pour obliger son adversaire à se positionner par rapport à lui. Dommage pour lui, le socialiste méne son chemin à son propre rythme et selon son propre gré, feignant l'ignorance ne répondant que trés rarement et souvent trés succintement aux propositions et attaques du candidat UMP. 

Sarkozy se voit donc contraint de durcir le ton, attaquant tel un roquet en fureur le placide (trop) Hollande. Et là tous les coups sont permis (à condition qu'ils viennent du parti populiste). 

Ainsi à chaque fois que l'ancien patron du PS doit intervenir dans les médias ou lors d'un meeting, les troupes Sarkozyennes phosphorent dur pour trouver une proposition (pas trop souvent ou alors quelques vieilleries ressorties du placard où elles avaient été rangées en 2007 : référendum populaire, travailler 40% de temps en plus pour gagner 25% en plus pour les profs, en attendant les inéluctables mesures sécuritaires), une phrase ou un événement qui feront que les médias majeurs que sont les chaines télévisuelles (qui rappelons le sont toutes inféodées à l'occupant à titre gratuit de l'Elysée) parleront en priorité de Sarkozy avant d'évoquer Hollande. 

Ainsi en ce jeudi où le soir à Lyon devait avoir lieu un meeting important du candidat socialiste, Sarkozy et sa bande se devaient de trouver un contre feu. Quelque chose dont les médias ne manqueraient pas de parler à profusion qui ferait passer le meeting socialiste pour événement mineur. 

Il se trouve que le candidat de la droite presqu'unifiée devait faire un déplacement à Bayonne. Les services locaux de police et la préfecture avaient informé l'entourage de Sarkozy de la forte probabilité de manifestations d'indépendantistes et autonomistes basques pour la reconnaissance d'une régions autonome basque. On connait le sang chaud des basques qui n'hésitent pas à formuler haut et clair leurs convictions. Et si la police ne les tenait pas trop loin du président on pouvait parfaitement s'attendre à une bousculade. Mais voilà ce n'est pas une bousculade de quelques régionalistes qui ferait le buzz. 

Il fallait donc dramatiser l'événement et bien sûr culpabiliser le parti du principal adversaire. Pour impliquer explicitement l'adversaire rien de plus simple que d'inclure dans la manifestation des partisans socialistes. Ainsi les caméras ont pu cadrer plein champ quelques manifestants brandissant des prospectus à la gloire du candidat de la gauche molle du genou et les commentateurs les ont aussitôt baptisés "militants socialistes" sur toutes les chaines de télé. Aujourd'hui rien ne prouve que les brandisseurs de tracts étaient socialistes. On peut même se dire, sans que cela soit complétement délirant, qu'ils auraient pu être envoyés par l'UMP pour teinter une manifestation régionaliste du rose qui géne Sarkozy dans sa conquête d'une virginité politique et surtout bien sûr risque de le priver d'un épisode 2.

Il a suffi ensuite de dramatiser la situation. Et de faire d'une banale bousculade comme en connaissent nombre de candidats à un mandat électif, une quasi admonestation voire une agression physique sur la personne du Président de la République. Lequel a trouvé refuge dans un estaminet où d'ailleurs il devait se rendre initialement pour rencontrer le peuple des bistrots. 

Et comme prévu le soir même tous les journaux télévisés ouvraient leur une avec cet événement avant de parler du meeting de Hollande à Lyon. Et encore pour demander à quelques proches du candidat du PS s'ils condamnaient l'événement Bayonnais. 

Quand on interroge les gens sur l'événement, une majorité en fait porter la faute à .....................Nicolas Sarkozy qui selon eux exaspèrent les Français. C'est un peu "Casse toi pauv' con"

 

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article