Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

L'opium du peuple ou la religion cathodique

6 Août 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Mercredi dernier la nouvelle est tombée, terrible, brutale, froide, sans le moindre égard : le prince président Nicolas Badinguet Sarkozy partait en vacances. Et pas à Brégançon ou même en Europe ou encore en Méditerranée; enfin dans un coin pas trop loin de la mére patrie et de ses média.  Non la destination, qui est restée secrète juste le temps nécessaire pour exciter la curiosité des média, était les Etats Unis,  dans un lieu de villégiature pour milliardaires en dollars, une charmante cité au bord d'un lac appelée Wolfeboro dans le New Hampshire à quelques miles (américains) de la résidence secondaire des Bush.

L'inquiétude grandissait déjà dans les rédactions.  Pourquoi une interruption si brutale ? Qu'allait on donner à un peuple rendu dépendant à la prise quotidienne d'image, de déclarations, de reportages ou d'interventions Sarkozyens ? Dans les média où règne désormais une forte addiction au Sarkotique, on risquait de courir à une montée d'agressivité de journalistes en manque qui finiraient bien par attaquer des petites vieilles pour pouvoir se payer leur dose : une dépêche AFP, un cliché ou voire une interview de leur Seigneur (notre Saigneur) et Mètre 62.

Serait-ce le retour à l'objectivité de l'information, certes plutot faible en cette période estivale, dans les journaux? Allait on devoir pour certains revenir au journalisme d'analyse et d'investigation et renoncer aux dépêches et article écrits directement à l'Elysée ?

Allait on  être obligé d'annoncer les plans sociaux sans pouvoir ajouter l'image rassurante d'un Sarkozy venu écouter les doléances des employés et leur assurer qu'il prendrait l'affaire personnellement en mains?

Mais voilà si on peut dire que les journalistes sont Sarko camés on peut ajouter que Sarkozy lui est camé aux média.

On sait qu'il est particuliérement préoccupé par la gestion de son image tout autant (certains n'hésitent pas à dire plus) que par la gestion des affaires de la France. Le fait de ne pas voir un micro, une caméra ou un journaliste semble lui donner des vertiges. N'est il pas l'un des principaux utilisateurs de la technique dite de la carte postale ? Tous les jours il faut faire parler de soi dans les média.

Un jour sans Sarko est comme un sandwich rillettes sans cornichon (Proverbe Franco-Hongro-Neuilléen).

 

Ainsi, au soulagement de la plupart des média le prince président a donné hier une petite conférence de presse informelle.

On apprend aussi qu'à des photographes et journalistes venus le voir courir son footing quotidien il aurait demandé de ne pas publier les photos prises et de repasser le lendemain faire de nouvelles photos sur lesquelles il serait plus propre.

Enfin il serait venu rejoindre en canoé avec son fils, un photographe pour s'enquérir de la qualité des photos.

Bronze tranquille peuple de France, même pendant les vacances, les dealers travaillent.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article