Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Gouvernance Sarkozyenne

13 Juillet 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Hier le prince président  Badinguet Sarkozy, pas encore tsar Nicolas  mais dèjà presque star, dans un discours prononcé à Epinal, lieu hautement symbolique du Gaullisme et de l'image, a donné quelques précisions sur sa vision de la réforme constitutionnelle. Certains à droite et dans la majorité des média parlent d'un dépoussiérage des institutions qui serait un pas vers la sacro sainte modernité.

En fait dans son discours le président de la(plus pour longtemps encore) République, superpremier ministre, sur-ministre des finances des universités et de tout ce qui bouge,a essentiellement parlé de la fonction présidentielle et de la nécessité de "présidentialiser" notre vieille constitution qui, singuliérement,  institue un régime mixte parlementaire et présidentiel. L'empereur Le président de la République deviendrait de fait le chef du gouvernement et une fois par an il devrait rendre des comptes à un parlement évidemment  sans pouvoir de sanction. Un peu comme aux Etats-Unis.

Mais au delà de la réforme proposée ce qu'il est intéressant d'observer c'est la méthode utilisée par Sarkozy pour gouverner.

En gros il s'agit pour le président de République de dire ce que doit être la réforme avant même que la commission chargée de réfléchir et de l'élaborer n'ait commencé à exister.

Cette méthode qui est une quasi exclusivité Sarko sera aussi utilisée pour l'instauration du contrat de travail unique. Là il s'agira de réunir les partenaires sociaux pour "réfléchir" à une "modernisation" du code du Travail et l'instauration d'une sécurité sociale proféssionnelle ou flexsécurité. Si un accord reprenant les propositions sarkozyennes  n'est pas trouvé avant l'hiver, le gouvernement mettra quand même en place les mesures.

Dans concertation il y a con certes et c'est comme si les commissions, tables rondes n'étaient là que pour enregistrer des propositions, apporter un semblant de caution démocratique et ne discuter que des seules modalités d'application. 

C'est aussi cela la démocratie dans notre futur bel Empire (en pire). Le souverain omniscient de sa (relative) hauteur dira ce qui est bon pour le peuple et les commissions qu'il aura nommées ne devront qu'en discuter sans prendre aucune décision ou avancer des propositions.

A part ça, on apprend que l'un des frères de la ministre de la justice (gardeuse des sots), Rachida Dati, est impliqué dans une affaire de traffic de stupéfiants. Il est évident que nul ne peut être tenu pour responsable des agissements des membres de sa famille et donc il ne peut être condamné pour l'action gouvernementale de sa soeur. Espérons seulement pour lui qu'il ne soit pas récidiviste.

Tenir et Résister

  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aline 22/08/2007 11:45

bien dit l'ami ! :P