Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Petites phrases que pourrait prononcer Ségolène Royal face à Sarkozy

1 Mai 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Demain a lieu le débat tant attendu entre Sarkozy et Royal......

Et c'est vrai que l'on attend ce débat avec une certaine appréhension pour le candidate Socialiste. Sera-t-elle franchement à la hauteur face à un Sarkozy dont on loue souvent les talents d'orateur (menteur) mais qui, bien que présent quasi quotidiennement sur toutes les chaines de télévision depuis presque 5 ans, n'a jamais participé à un débat face à face avec un ou une adversaire politique majeure ?

Si elle veut apparaitre comme le vainqueur de ce débat, la candidate socialiste doit se livrer à un exercice délicat.

Elle doit en effet exposer son projet et prouver qu'il est meilleur (ou moins mauvais) que celui du candidat de l'UMP tout en essayant de déstabiliser son adversaire pour qu'il laisse apparaitre toute sa "dangereusité" et non sans rappeler que lui le candidat d'une prétendue rupture avec une politique pratiquée par des gouvernements auquels il a participé avec des personnalités qui sont aujourd'hui ses principaux soutiens doit assumer le bilan beaucoup moins brillant (moins de vols plus de viols) de son passage au  ministère de l'intérieur mais aussi le bilan "peut mieux faire" du gouvernement dans son ensemble.

Pour prouver que le programme du candidat populiste est plus nocif socialement parlant que son propre programme, Ségolène Royal a tout intérêt à ne pas partir dans des explications interminables qui font lacher les gens avant la fin de la phrase dont elle s'est montrée si friande mais à faire des phrases courtes et simples compréhensibles par tous. Elle doit aussi placer les électeurs dans les situations dans lesquelles ils risquent de se trouver si Sarkozy passe. Par exemple "Que dire à l'électeur aux revenus modestes qui aura voté pour mon adversaire et qui verra son pouvoir d'achat baisser parce qu'il n'aura pas eu la possibilité de faire des heures supplémentaires,la charge de travail de son entreprise ne le permettant pas ,et parce que dans le même temps il devra acquitter une franchise sur ses remboursements de sécurité sociale et aussi parce que les prix de consommation auront augmenté à la suite de l'instauration de la TVA sociale ?".

Pour déstabiliser son adversaire elle doit éviter la phrase "Est-ce que vous diriez cela si je n'étais pas une femme?" qui la place en victime mais plutot dire, ce qu'elle fait déjà, mais sans en abuser, "Cest parce que je suis une femme que j'aborde les problèmes d'une manière différente et c'est peut être cela la vraie rupture et pas un discours prétendument de rupture pour une action dans la continuité de ce qui s'est fait jusqu'à aujourd'hui".

Quand au bilan elle peut parfaitement reprendre les phrases de François Mitterrand lors du débat de 1981 :

"Vous êtes, Monsieur Sarkozy, l'homme du passif" ou "Que n'avez vous pas fait pendant que vous étiez au gouvernement et président du parti majoritaire au parlement ce que vous vous proposez de faire demain si vous étes élu ?"

En clair elle doit au maximum dénoncer la posture (imposture) de son adversaire qui se place comme homme du rassemblement voulant incarner une rupture avec la politique du passé (marquée par Mai 68 selon lui et pourquoi pas par octobre 45 lors de la création de la sécurité sociale ou juin 36 avec les congés payés et la semaine des 40 heures).

Tenir et Resister

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article