Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

La France qui Travaille de Sarkozy : "travailler plus pour ......"

24 Mars 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Dans le projet de Sarkozy, de plus en plus mouvant à mesure que l'on approche de l'échéance, une idée reste constante : redonner de la valeur au travail. Le candidat de l'UMP (Un Mégalo Populiste) va même dans son discours d'investiture du 14 janvier 2007 jusqu'à opposer "la France qui travaille" à "ceux qui vivent de l'assistanat". A ce propos le sinistre de l'intérieur tout comme ses sbires préférent souvent parler "d'assistanat" plutot que de "solidarité" adoptant ainsi un discours que ne renieraient pas les néo-libéraux Etats Uniens.

Mais revenons au travail de Sarkozy.

Pour permettre à "celui qui veut gagner plus de travailler plus" il propose de supprimer les charges sociales pour les entreprises et l'impôt sur le revenu pour les salariés sur les heures supplémentaires.

Cette proposition entraine un certain nombre d'observations.

Il est évident que le choix de travailler plus est plus celui des entreprises que des salariés et de fait un salarié qui voudrait travailler ne pourrait le faire qu'avec l'accord de son employeur. Et ainsi on pourrait parfaitement voir des salariés voulant augmenter leur revenu gràce aux heures supplémentaires ne pas avoir cette possibilité parce que la charge de travail de l'entreprise n'est pas suffisante pour permettre le recours à ces heures supplémentaires.

C'est plutot donc "celui qui veut gagner plus peut travailler plus.....avec l'accord de son patron".

Et devant le rapport de force en défaveur du salarié qui souvent de fait n'a guère d'autre choix que de faire les heures supplémentaires que lui impose son employeur sous peine de se voir mis à l'écart ou harcelé moralement, voire licencié à la première occasion, on peut rajouter que "celui qui est content de ce qu'il a et ne veut pas gagner plus devra peut être travailler plus si son patron l'exige".

 

Devant une augmentation des besoins de main d'oeuvre les entreprises ont le choix entre les heures supplémentaires et l'embauche d'un nouveau salarié. A l'heure où l'on compte presque 4 millions de personnes sans emploi, le candidat populiste va, avec sa proposition inciter les employeurs à recourir aux heures supplémentaires plutôt  plutot qu'à recruter ou tout au moins si le besoin de main d'oeuvre est durable à retarder de plusieurs mois l'embauche. Et ainsi installer durablement les "assistés" dans "l'assistanat". Peut être vaudrait il mieux, si un besoin d'heures de travail se faisait sentir, offrir la possibilité à "ceux qui veulent gagner plus que les subsides de l'assistanat de travailler tout court".

Ainsi une heure supplémentaire hebdomadaire effectuée par les 17 millions de salariés du privé équivaudrait à 500 000 emplois .

On peut aussi noter que les heures supplémentaires effectuées dans le cadre de cette proposition seraient exemptées de charges sociales et donc ne seraient pas prises en compte pour le calcul des retraites. Ainsi un salarié qui travaillerait 4 heures de plus par semaine (pour passer de 35 à 39 heures par exemple) "perdrait" tous les 9 mois l'équivalent de 1 mois de cotisation prise en compte pour le calcul de sa pension.

On peut dire que la mesure envisagée par l'UMP c'est "Travailler plus pour gagner plus.......aujourd'hui et gagner moins demain".

Enfin on peut aussi se demander ce qu'il adviendrait  des salariés restés aux 39 heures (comme dans la restauration par exemple)? Est ce que les entreprises devraient passer les 4 heures de la 36 à la 39éme en heures supplémentaires exemptées de charges sociales ? Sinon les salariés de ces entreprises se retrouveraient lésés (avec un grand B) par rapport aux salariés des entreprises qui sont aux 35 heures.

Pour eux c'est "Déjà travailler plus pour ne pas gagner plus"

Tenir et Résister

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

je hais les cookies 30/12/2008 13:32

Le 2 mars 1848, un décret du gouvernement provisoire limite la journée de travail à 10
heures à Paris et à 11 heures en province.
Au nom de la libre concurrence, cette mesure est mise en cause par l’Assemblée
constituante élue le 23 avril.
Agricol Perdiguier refuse que cette conquête soit abandonnée.
Le citoyen Perdiguier. Citoyens représentants……. le décret du 2 mars était une
conquête des ouvriers ; ils croyaient que le travail serait dorénavant pour eux moins
meurtrier et le salaire assez élevé pour qu’il leur fût possible de vivre en
travaillant. Cependant ce décret, qui leur donnait espoir, va être abrogé.
Si nous voulons en croire MM. Buffet, Charles Dupin, Léon Faucher, le décret en
question attentait à la liberté des ouvriers, et ne pouvait que nuire à tous leurs

intérêts.rien de nouveau sous le soleil, relisons donc le discours d'Agricol perdiguier :http://www.pouruneconstituante.fr/?p=173#comment-33

sylv 15/04/2007 19:20

 Mesdames, Messieurs les candidats. Nous en avons assez, nous sommes fatigués.
  L'industrie médiatique tombe le masque

http://www.dailymotion.com/video/x1ous5_la-voix-du-citoyen

 

roi bourdieusien 29/03/2007 15:22

salt toi!tu savais que "le cri du peuple" etait un journal sous la commune?

brigetoun ou brigitte celerier 26/03/2007 20:17

oui mais comment expliquer que des gens qui ont travaillé (ce qui fait quand même une petite majorité) votent ou disent vouloir voter pour lui ? je ne connais finalement rien ou presque de plus irrationnel qu'une élection

Marc 21/03/2007 12:08

Salut,Effectivement, je suis tout à fait d'accord que travailler plus dépend très largement de l'employeur et non de la volonté du salarié. C'est donc tout pourri comme mesure.Marchttp://marcrousset.over-blog.net

ben 16/03/2007 18:21

"Ainsi une heure supplémentaire hebdomadaire effectuée par les 17 millions de salariés du privé équivaudrait à 500 000 emplois"tu travailles toi pour affirmer des inepties pareilles???Y'aurait un mec qui fait une heure dans 35 entreprises différentes par semaine pour eviter qu'on fasse une heure de plus???bandes de blaireaux bornés...

Hyarion 13/03/2007 14:53

Sarkozy de Nagy-Bocsa me fait bien rire avec sa "valeur travail"... Le travail n'est pas une valeur en soi, ce n'est pas un but. C'est simplement un moyen d'action, d'émancipation, un moyen de gagner de quoi vivre, mais sûrement pas une "valeur"... Sarkozy a pu marteler à longueur d'émissions de télévision : "Les mots ont un sens"... Or, avec lui, il semble bien que les mots ne veulent plus rien dire... Comment peut-on soutenir un pareil danger public ?Dernière "idée" en date du ministre-candidat : le projet de Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa de créer un "ministère de l'immigration et de l'identité française"... Une surenchère électorale de plus, qui illustre bien la relation malsaine qu'entretient, depuis longtemps, cet opportuniste clientéliste avec Le Pen et l'extrême-droite...NON à Sarkozy !!!Hyarion, anarcho-monarchiste résolument anti-sarkozyste. http://anarcho-monarchiste.over-blog.org/ 

d3log 11/03/2007 11:00

Ce que Sarkozy oublie de dire c'est que c'est le salarié qui travaille plus mais que c'est l'entreprise qui va vraiment gagner plus...

brigetoun ou brigitte celerier 09/03/2007 21:46

le problème avec les économistes c'est que tu en trouveras de très brillants, et en même temps sérieux, professeurs et tout et tout, capable de soutenir chaque politique avec pertinence - et parfois ce sont les mêmes. Ceci dit c'est une belle science

roi bourdieusien 09/03/2007 14:00

on se rend vite compte du dangereux  plan economique de sarkozy...d'ailleurs je crois que hier ou aujourd'hui, des economistes se sont rassemblés autour de ségolene non?