Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Actionnaires contre Salaires : c'est pas fini !

29 Décembre 2006 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

D'après une étude parue dans "Capital",  journal économique plutôt libéral, les dividendes distribués par les sociétés du CAC 40 ont augmenté de 71.4% entre 2000 et 2005. Dans le même temps les investissements de ces entreprises ont diminué de 41.4%. Si l'augmentation des dividendes n'est pas une mauvaise chose en soi parce qu'elle signifie que les sociétés dégagent plus de bénéfices, la diminution des investissements quant à elle pose un grave problème et notamment en terme d'emploi. Une entreprise qui n'investit pas pour moderniser ou développer son outil industriel ou productif n'a pas besoin de personnel nouveau pour faire fonctionner cet outil ou mener les recherches nécessaires au développement.

En investissant moins tout en distribuant plus les dirigeants des sociétés du CAC 40 montrent leur volonté de satisfaire les actionnaires sur le court terme au détriment même du développement de leur entreprise à long terme.

Avant on disait que le patron devait répondre à trois exigences : le développement de l'entreprise, la satisfaction des salariés et la rémunération des actionnaires.

Aujourd'hui il semblerait que le seul but poursuivi est la rémunération de l'actionnaire. C'est un choix purement financier et à court terme. Mais est ce vraiment un choix ?

Si l'on regarde la composition de l'actionnariat des sociétés du CAC 40 on constate que la part des fonds d'investissements (fonds de pensions, gestionnaires de portefeuilles de placements, Sicav...) qui était de 0.1% en 1990 est aujourd'hui de 50% dont plus de 30% de fonds étrangers (principalement anglo saxons ).

On sait que ces fonds exerce une pression forte sur les dirigeants des sociétés dans lesquelles ils investissent en exigeant une rentabilité importante et immédiate. Et les dirigeants n'ont souvent pas d'autre choix que d'augmenter la part des bénéfices distribués en dividendes quitte à ne pas investir ou même à vendre certains actifs. Et c'est ainsi aussi que l'on a pu voir certaines sociétés qui, pourtant largement bénéficiaires, n'hésitaient pas à mettre en place des plans sociaux prevoyant des licenciements.  

C'est ce que l'on a appelé l'actionnaire contre les salaires.

Des solutions doivent être envisagées pour lutter contre ça. Et ce n'est certainement pas le contrat Unique (et inique), proposé par Nicolas Sarkozy,  prévoyant  un allégement des procédures de licenciement qui peut être la solution.

On peut prévoir par exemple qu'une entreprise qui distribue des dividendes, tout en mettant en place un plan social, devra payer des indemnités égales à 5 ans de salaire aux personnes licenciées à qui elle n'aura pas proposé un emploi équivalent (en salaire et qualification). Ce qui induit un renforcement des contrôles administratifs dans la procédure de licenciement, loin du laissez faire préconisé par l'UMP (Union pour le Magot Patronal).

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nico (pas Sarko) 18/01/2007 06:53

Resalut.Politic, un petit commentaire sur actionnaire contre salarié plutôt ?Qu'en penses tu ?PS : Je croyais avoir recopié ce superbe article, c'est à présente fait... Mercia bientôt;

Nico (pas Sarko) 18/01/2007 06:49

Salut.Politic delux c'était une blague insistant le peu d'emprise que je sens avoir sur les grands patrons et leurs agissement. ET je ne suis pas socialiste. Et tant pis si tu ne comprend pas mon humour, mais je pense qu'il faudra un jour pour les petits gars de droite arréter un jour de comparer sans cesse les gens de gauche aux soit-disant communistes étatitiques qui ont instaurer des dictatures. Attention l'extrème gauche revient, sus aux bolchéviques !a bientôt !

Bastien 17/01/2007 19:20

Voir cette discussion sur actuchomage
http://www.actuchomage.org/index.php?name=PNphpBB2&file=viewtopic&t=4541
... Les bénéfices d'une société sont le solde positif, en fin d'exercice comptable, entre ce que l'entreprise a reçu (vente de produits et de services, subventions diverses, produits financiers ...) et ce qu'elle a donné (achats de produits et de services, salaires et cotisations sociales, investissements, frais financiers, taxes et impôts divers ...). ... L'impôt sur les bénéfices des sociétés concerne donc l'excédent financier de l'entreprise, lorsqu'il existe. Le meilleurs moyen de ne payer aucun impôt sur les sociétés est donc de ne faire aucun bénéfice. Une entreprise peut à la fois être très performante, très rentable, et ne faire aucun bénéfice. Pour cela, il suffit d'investir et de dépenser davantage en salaires. Bien entendu, cela sera au détriment des actionnaires ou porteurs de parts sociales. ...
Donc, l'impôt sur les sociétés n'empêche pas l'entreprise de prospérer et de se développer, d'investir, d'employer plus de personnel, d'augmenter les salaires. L'empêchement vient uniquement des bénéfices distribués. Et l'impôt sur les bénéfices est en grande partie restitué aux actionnaires sous la forme de crédit d'impôts (50 % des dividendes) et autres abattements d'imposition (ancien avoir fiscal ...), sans compter les réductions d'impôts pour ceux qui souscrivent au capital d'une société.
Mieux vaut ne pas toucher le Smic ou être bénéficiaire du Rmi si l'on veut pouvoir bénéficier de ces largesses fiscales.
 

roi bourdieusien 04/01/2007 13:19

tu nous reviens quand cri du peuple?

Bastogi 03/01/2007 15:55

L'actionnariat est vraiment une plaie pour les entreprises privées comme publiques... On en arrive, comme tu dis, à privilégier les actionnaires au point de ne plus voir qu\\\'eux, et c\\\'est bien dommage !
Moi qui bosse dans le privé, j\\\'ai pu m\\\'en rendre compte, même si je ne suis pas de ceux qui sont le plus à plaindre...

Bastogi 03/01/2007 15:55

L'actionnariat est vraiment une plaie pour les entreprises privées comme publiques... On en arrive, comme tu dis, à privilégier les actionnaires au point de ne plus voir qu'eux, et c'est bien dommage !
Moi qui bosse dans le privé, j'ai pu m'en rendre compte, même si je ne suis pas de ceux qui sont le plus à plaindre...

politic_delux 03/01/2007 15:31

Le pire quand je lis de la part de Nico : "il va falloir les éduquer...".
Je ne suis même pas sûr que ce soit de l'humour. Et que vous vous imaginez déjà en espèce de garde rouge, ou de khmer, pour quoi pas, en train de "ré-éduquer" à la campagne tous ceux qui ne pensent pas conformément au dogme socialiste.
Ca fait froid dans le dos.

roi bourdieusien 02/01/2007 11:45

bonne année et a tres vite pour cette année 2007 qui s'annonce tres riche en actualités

Nico (pas Sarko) 02/01/2007 00:45

Salut !Encore un magnifique article, bien pensé.Les résultats de l'étude de "capital" sont  super énervants.C'est pas les premier qui font dans ce sens mais ça confirme.Ils sont vraiment pas responsables ces grands patrons, il va falloir les éduquer...A bientôt,