Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Sarko ne nous a pas tout dit....

6 Février 2009 , Rédigé par jacques vingtras

Juste quelques remarques sur l'intervention de la buse de l'Elysée hier au soir.
Si on l'entend bien pour lui les Smicards font partie de la classe moyenne, certes basse mais moyenne quand même.
Petit rappel : le salaire mensuel médian (50% des salariés gagnent en dessous) en France pour 2006 tourne autour de 1480€ en net.  Le Smic mensuel tourne lui autour de  1037€ soit plus de 400€ de moins.

Il nous dit que les 21 milliards d'Euros prétés aux banques n'ont pas couté un centime d'euro aux contribuables Francais et qu'en plus ils permettront à l'Etat de récupérer via les intérets versés par les banques 1,4 milliards d'euros qui seront redistribués.
On peut déjà se demander d'où viennent ces milliards ? C'est l'Etat qui emprunte via une société spécialement créée les sommes nécessaires à ce plan. Mais qui dit emprunt dit augmentation de la dette publique. Et qui dit augmentation de la dette dit augmentation du service de la dette et donc augmentation des dépenses de l'Etat et creusement du déficit. Donc le contribuable quand il paye ses impots (TVA comprise) paye une partie du service de la dette.  On peut toujours rétorquer que comme les banques de toutes manières auront remboursé les prêts consentis par l'Etat avant la fin de l'année l'opération sera "blanche". Mais est ce que les banques rembourseront dans les temps ? Rien de sûr.
Quand au magot de 1.4 milliards récupéré au remboursement des emprunts on peut se demander comment est ce qu'il sera financé. Certes les banques verseront un intérêt de 8% à l'Etat. Mais on peut être sur que ces intérêts versés ne sortiront pas de leurs fonds et que peu ou prou c'est bien encore une fois les clients des banques qui les payeront. Et donc ce fameux magot de 1.4 milliards sera bel et bien financé par les contribuables.

Dans les solutions envisagées pour donner un peu plus de pouvoir d'achat aux classes moyennes enfin à ses classes moyennes de Smicards, il nous parle de la suppression de la tranche la plus basse des impôts sur le revenu.
Outre le fait que cela risque d'entrainer une perte de recettes, Sarkozy, libéral assumé et invertéré, s'attaque une nouvelle fois à l'impôt le plus juste parce que progressif tout en refusant de s'attaquer à l'impôt plus inégalitaire puisque frappant de la même façon tous les consommateurs qu'est la TVA.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

la fleur 18/02/2009 21:08

et ce soir il nous a refait son show

francois 14/02/2009 07:30

Je suis d'accord avec vous. Je voudrais ajouter qu'ils ont trouvé le moyen de relancer la croissance par "la remise aux normes du tunnel de frejus" si si ne riait pas. Ou bien par la suppression de la taxe professonnelle. Cette taxe est utile pour les communes. Il faudra bien la compenser, par qui? Et bien par nous. Ce gouvernement ne pense et n'agit que pour la classe aisée . A croire que nous sommes revenu au temps de la royaué. Le Roi, son gouvernement et sa cours Pauvre FRanceTENIR ET RESISTER

Frédéric Maurin 07/02/2009 16:02

D'accord avec l'analyse sur l'impôt sur le revenu. Avant de tuer  tuer la bête, il faut l'affamerPour en revenir au "Cause toujours" de la démocratie,
Je vous propose, si vous en êtes d’accord, de faire un gros plan sur la pétition 
http://respect-democratie.net/spip.php?rubrique20  initiée par le journal Bastille République Nations, avec au préalable ce rappel :
http://rupturetranquille.over-blog.com/article-27622243.html
 
29 mai 2005 En rejetant le « traité constitutionnel européen », la majorité des citoyens a clairement exprimé son refus des politiques libérales en France comme en Europe.
4 février 2008 Sarkozy, appuyé par de nombreux parlementaires, revient sans débat public sur le vote du 29 mai 2005 en adoptant le Traité européen de Lisbonne, sans risquer de se confronter à nouveau à la volonté populaire.
12 juin 2008 Le peuple irlandais rejette la ratification du traité de Lisbonne, mouture à peine remaniée du projet mort-né de constitution européenne, à une très nette majorité en faveur du Non
11 décembre 2008 Sarkozy, président en exercice de l’Union Européenne, somme l’Irlande d’organiser un nouveau vote !