Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Affaire Clearstream : remontée d'un courant pas trés clair

4 Mai 2006 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Imaginons qu'en 2001 et 2003 une banale affaire politico financière de blanchiment d'argent par une chambre de compensation Luxembourgeoise soit révélée par un journaliste. Ce journaliste, attaqué en  diffamation dans deux procés, gagne l'un et est condamné à 1F de domages et intérêts dans l'autre. 

Imaginons qu'en Janvier 2004, un ministre de affaires étrangères recoive dans son bureau un ami de longue date, par ailleurs cadre dirigeant d'une entreprise d'armement, et un conseiller du ministre de la défense. L'ami de longue date apporte au ministre un listing produit lors de l'affaire de blanchiment d'argent sur lequel apparaissent les noms d'hommes politiques dont le ministre de l'intérieur. Le ministre des affaires étrangéres demande alors au conseiller du ministre de la défense d'enquêter, sans en informer ni le ministre de l'intérieur concerné ni même le premier ministre, sur la véracité du listing. Peut être dans l'espoir que les conclusions de l'enquête confirmeront l'implication du ministre de l'intérieur, ennemi politique du chef de l'état (bien que de la même formation) et candidat (concurrent ?) à la présidence de la république.

Imaginons qu'en octobre 2004, le conseiller du ministre de la défense remette à son ministre les résultats de son enquête qui disculpe l'ancien ministre de l'intérieur (devenu ministre des finances). Le ministre de la défense avertit alors le nouveau ministre de l'intérieur qui était avant ministre des affaires étrangères mais pas le ministre des finances (ancien ministre de l'intérieur). Peut être parce que les deux ministres de l'intérieur (l'ancien et le nouveau) sont en concurrence pour la présidence de leur parti politique.    

Imaginons qu'en 2004, un juge recoive des lettres et un CD d'un corbeau dénoncant un groupe mafieux dans lequel seraient impliqués des hommes politique dont le ministre des finances ancien ministre de l'intérieur. Aprés enquête la justice conclut rapidement à la falsification et à la dénonciation calomnieuse.  

Imaginons toujours en 2004 que la presse publie des articles reprenant l'affaire de blanchiment d'argent en citant entre autres le nom du ministre des finances.

Imaginons qu'entre 2004 et 2006, la justice à la recherche du corbeau, investigue au ministère de la défense.La DST, à la demande du nouveau ministre de l'intérieur enquête elle aussi pour savoir ce qu'il y a là dessous.

Imaginons que début 2006, la banale affaire de blanchiment d'argent  se transforme en affaire d'état avec son lot de révélation à la presse et de fuites quotidiennes savament organisées peut être par le ministre de l'intérieur, ancien ministre des finances et ancien ministre de l'intérieur probablement pour nuire au premier ministre, ancien ministre de l'intérieur et ancien ministre des affaires étrangères. 

Tout cela pourrait étre le scénario d'un mauvais film d'espionnage américain mais hélas tout ceci  a bien eu lieu dans un vrai pays avec des vrais ministres. Dommage que le pays en question soit le notre.

C'est dire quel usage  tous ces ministres font de leurs prérogatives tout occupés qu'ils sont à abattre leurs adversaires surtout ceux qui sont de leur propre parti politique.

Tenir et Résister 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article