Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

CNE: impact quasi nul sur le chomage

2 Mai 2006 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Le CNE et son petit frère mort né, le CPE, était présenté par Villepin, Chirac et Sarkozy (qui, rappelons le, invitait sur le site de l'UMP à signer une pétition en faveur du CPE) comme l'outil principal de lutte contre le chômage.

La réalité des chiffres, repris par Capital, montre que le CNE a un impact plus que limité sur le chômage (mais un impact réel sur la fléxibilité précarisation des salariés).

Selon l'URSSAF, 355 000 Contrats Nouvelle Embauche ont été conclus entre Août 2005 et Février 2006.

Devant l'absence de chiffre précis, les spécialistes estiment que le CNE correspondait dans 35 000 à 40 000 des cas à une création de poste (soit environ 11%).

Selon une étude de Pierre Cahuc (par ailleurs auteur en 2004 avec Francis Kramarz d'un rapport, trés apprécié par Sarkozy, qui proposait entre autre d'unifier les contrats de travail) et  Stéphane Carcillo, un CNE sur deux ne sera pas poursuivi au dela de la période d'essai de 2 ans, et le CNE n'engendrera sur le long terme (+2ans) que 70 000 postes de travail supplémentaires.

Conclusion

Si l'on arrive effectivement à 70 000 créations d'emploi (ce qui n'est pas sûr car il ne s'agit que d'estimations), le CNE agirait sur le chômage par un recul de 0,3% du taux de chômage. On est trés loin du succés annoncé par le gouvernement surtout si l'on tient compte de la possible mise au rencart judiciaire de l'absence de la necessité  de motivation en cas de rupture du contrat (malgré la note, pour le moins inhabituelle en matière de droit du travail du garde des sceaux, aux parquets visant à restreindre les recours).

Rappelons nous aussi que le CNE n'est qu'un échantillon ou un appartement témoin de ce que l'actuel sinistre de l'intérieur, président de l'UMP (Union de la Magouille Patronale) veut mettre en place avec son contrat unique avec procédure de licenciement facilitée.

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

visiteur 19/09/2006 17:50

La duperie du modèle danois
Vu sur le site http://www.actuchomage.org
Danemark et chômage : le modèle danois n'a aucun mérite
En 2004, le Danemark a plus de préretraités (187 200) que la France (139 700) pour une population active dix fois plus faible. Avec les autres mesures de marché du travail, le nombre réel de chômeurs est 2,52 fois le nombre officiel. Le taux de chômage réel devient 14,65 % au lieu d'un taux officiel de 6,38 %. La tromperie est dévoilée.Avec une évolution de sa population active identique à celle du Danemark depuis quinze ans, non seulement la France n'aurait plus aucun chômeur officiel, mais le chômage réel serait résorbé pour l'essentiel. Et cela sans introduire une plus grande flexibilité des contrats de travail.
Si de plus la France avait eu recours à la même proportion de préretraites que le Danemark (6,78 % de sa population active), le chômage réel aurait entièrement disparu et beaucoup d'emplois à temps partiel seraient redevenus des emplois à temps plein.Inversement, si la population active du Danemark avait augmenté dans la même proportion qu'en France (+12,1%), tout en créant aussi peu d'emplois (43 600 en quinze ans), le nombre de chômeurs aurait augmenté de 372 500 et le taux de chômage réel serait devenu 24,0 % de la nouvelle population active (après son augmentation).
Comme l'on voit, le succès apparent du Danemark ne doit rien à la flexicurité, mélange de flexibilité et de sécurité (discours bien connu). En fait, le modèle danois n'a aucun mérite pour résoudre le problème du chômage, une fois enlevés les artifices qui cachent le chômage réel et encore moins en tenant compte de la démographie de l'emploi.----
Au Danemark en 2004, pour un nombre officiel de 176 400 chômeurs, 268 300 personnes étaient enregistrées dans les "mesures de marché du travail" (labour market policy measures), des préretraites pour l'essentiel. Le chômage réel était donc de 444 700 personnes.La population active étant de 2 766 300 personnes, le taux de chômage officiel était de 6,38 %. Mais, en réintégrant les 268 300 faux inactifs (préretraités ...) dans la population active, celle-ci devenait 3 034 600 personnes et le taux de chômage réel 14,65 %. Ce taux est un minimum, car ne prenant pas en compte les "invalides" pour raisons sociales.
En France en 2005, pour 2 420 000 chômeurs au sens de l'Anpe (catégorie Defm 1) et 2 717 000 chômeurs au sens de l'Insee, le nombre réel de chômeurs en équivalent temps plein était de 4 092 000, soit un taux de chômage réel de 14,53 % (compte tenu de la correction sur la population active) . Pour rester comparable aux données danoises, l'équivalent en chômage des emplois à temps partiel n'est pas pris en compte ici.Voir l'article Chômage officiel et chômage réel (2005) sur le même site http://travail-chomage.site.voila.fr/chomage/chom_reel2005.htm .----
Le modèle français est le plus honnête en matière de chômage, ou le moins habile pour en cacher l'étendue, comparé au modèle danois, anglais ou hollandais. Le recours aux préretraites massives est utilisé au Danemark, l'invalidité pour raisons sociales (sans réelle invalidité médicale) est la mesure principale en Angleterre (Royaume-Uni) et aux Pays Bas, ce qui n'empêche pas l'utilisation d'autres mesures pour cacher l'importance du chômage. Dans ces trois pays, le chômage réel est de deux à trois fois plus important que le chômage officiel et se trouve comparable au chômage réel en France.----
Enfin, le Danemark produit et exporte du pétrole et du gaz, ce qui arrange beaucoup les finances publiques et permet de payer un nombre considérable de préretraites pour faire baisser le chômage apparent en diminuant la population active.----
Voir http://travail-chomage.site.voila.fr/danois/dk_merite.htm
pour un document trés complet et de grande qualité, avec des tableaux statistiques et les sources utilisées. D'autres aspects y sont aussi abordés : indemnités de chômage, coût du travail, durée effective du travail.
> En effet, cela vaut vraiment la peine d'aller voir le document original car tout est bien expliqué avec des informations sérieuses et issues des sources officielles (citées). Le texte peut être imprimé avec tous les traitements de texte (rtf).

visiteur 19/09/2006 17:43

Un commentaire sur le CNE et le CPE
Une remise en cause progressive du Code du travail, lequel oblige à justifier un licenciement par un motif réel et sérieux et à utiliser une procédure simple mais respectueuse du salarié.
Le CNE (contrat nouvelles embauches) a été créé par l'ordonnance n°2005-893 du 2 août 2005 (en pleines vacances d'été). Equivalente à une loi, une ordonnance est prise par le pouvoir exécutif (gouvernement) qui se substitue au pouvoir législatif (parlement). Une procédure sans débats et sans vote de l'Assemblée nationale et du Sénat et donc contraire à la démocratie.
Le CNE comme le CPE suspendent pendant les deux premières années l'application du Code du travail en matière de licenciement (articles L. 122-4 à L. 122-11, L. 122-13 à L. 122-14-14 et L. 321-1 à L. 321-17).
Ces contrats permettent ainsi de licencier sans motif et de façon expéditive alors que le Code du travail oblige à justifier un licenciement par un motif réel et sérieux et à utiliser une procédure simple mais respectueuse du salarié.
Avec le CNE et le CPE, l'employeur peut licencier de façon arbitraire ou pour un motif illicite : demande de paiement d'heures supplémentaires, grève, opinions syndicales ou politiques, maladie, femme enceinte, aspects de la vie privée, refus du harcèlement, ...
A voir ici : http://travail-chomage.site.voila.fr/droit/com_cne_cpe.htm
-

ludovitche 30/05/2006 15:13

Bon alors moi je n'ai toujours pas dans cet article l'information qui m'intéresse : est-ce que dans le même temps, le nombre de CDI signés par la même catégorie de la population, a été stable ou a baissé ?Si le nombre de CDI a été stable, alors le CNE a créé quelques emplois.Si le nombre de CDI a baissé, alors le CNE a remplacé des CDI ou des CDD que le patron aurait bien dû signer si le CNE n'existait pas.Alors, mon raisonnement est faux, ou ce chiffre est occulté par tout le monde, ou il n'est pas mesurable ???Le monde politique n'est pas fait de scientifiques...

natacha78 04/05/2006 12:01

Il y a un Quiz Sarko assez sympa sur ce site : http://www.re-so.net/article.php3?id_article=2435 . A tester !