Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Tra..casse toi alors pauvre con..sommateur

25 Février 2008 , Rédigé par jacques vingtras

      Samedi lors de sa visite au salon de l'agriculture à un visiteur qui refusait de lui serrer la main "pour ne pas se salir", le POPAP (Prince Omniprésident du Pouvoir d'Achat du Président) a répondu "Casse toi pauvre con !". On ne saura jamais si ce qui le génait le plus c'était le pauvre ou le con. C'était aussi à n'en point douter la démonstration par l'exemple de la morale et de la politesse que Nicolas Sarkozy veut réinstaller à l'école

On remarquera que ces dérapages verbaux sont de plus en plus fréquents de la part de l'ancien (et toujours?) président de l'UMP (Union des Malpolis Populistes) mais aussi d'une manière plus générale dans les rangs de cette formation politique. Dans ce parti on n'hésite plus à recourir à l'insulte, l'invective, les sous entendus, l'insinuation sournoise et à la victimisation comme si tout cela faisait partie du plan communication. Quand vous ne savez quoi répondre à vos détracteurs, insultez les, dénigrez les ou placez vous en victime

Souvenons de la "racaille" d'Aubervilliers de l'alors ministre de l'intérieur Sarkozy, d'Anne-Marie Comparini qualifiée de "salope" par Devedjian, du "tocard" Delanoé de la très gaie Françoise de Panafieu qui n'hésitait pas à dire que son adversaire à la mairie de Paris, homosexuel déclaré, ne pouvait pas savoir ce que c'était que d'élever des enfants, des "charognards" de la presse de Rama Yade qui plus tard dénoncera "une gauche qui s'en prend à elle parce qu'elle est noire" et Rachida Dati qui comme seul contre argument quand elle est prise à partie par des opposants parle d'acharnement parce qu'elle est une femme ou d'origine étrangére......

A propos du dérapage ou plutot du traitement par la presse du dérapage de Sarkozy de ce week end, Luc Chatel ministre de la consommation  parlait d'acharnement médiatique de la part de la presse à la recherche d'un scandale par jour. On peut se demander où est l'acharnement quand on apprend que d'après une étude de l'INA, en 2007 Nicolas Sarkozy est apparu plus de 700 fois dans les journaux télévisés des grandes chaines généralistes loin devant Ségoléne Royal avec 370 apparitions. 
Il pourrait nous rétorquer que l'on a le sentiment d'une surmédiatisation du Président de la République. Comme pour l'inflation quand on nous dit qu'il s'agit seulement d'un sentiment de perte du pouvoir d'achat. Seulement voila l'INC nous apprend que les prix de certains produits de consommation auraient augmenté de 48% et que cette hausse est due pour la plus grande part aux distributeurs (Leclerc, Carrefour....)

Remarquez le ministre de la consommation  pourra toujours prétendre  que samedi le son étant mauvais ou des journalistes malveillants ayant coupé la bande son  on entendu qu'une partie de la phrase présidentielle qui était en réalité  : "Tra-casse toi alors pauvre con-sommateur". 

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lucien aymard 15/03/2008 16:55

Le nabot vient de se voir une nouvelle fois snobé, et cette fois par une jeune esthéticienne qui a tourné la tête ... et les talons en réponse à une question de l'omniprésident. Voir sa tête était une vrai délectation, "un nouveau "pauvre conne" lui est monté aux lèvres, mais il l'a refoulé perdant ensuite contenance. C'était beau comme du Michel Audiard. Que ne le rejettent pas les 53% de cons (des vrais ceux-là) qui l'ont intronisé?

Rébus 01/03/2008 03:55

Y a du vrai dans ce que dit Robert. Entre le Mètre et les Lagarde et Albanel, sans oublier les Dati/Yade/Bachelot et Laporte, y a toujours un gag en préparation

Robert 28/02/2008 11:52

Je m'élève vigoureusement contre toutes ces attaques qui pourraient inciter le Président à jeter l'épongeEn effet, depuis que Coluche nous a quittés, que Raymond Devos et tant d'autres comiques l'ont rejoint, qui, mieux  que Sarko, saurait activer nos zygomatiques ?Les premiers nommés faisaient mourir de rire la France entière. Le second ne ménage pas sa peine pour  la faire mourir. Sans rire ! Robert