Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Sarko le discours et la méthode

19 Septembre 2007 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Le 18 septembre 2007, devant un parterre de journalistes de l'information sociale réuni au Sénat,  le prince président de la république a dévoilé son programme social 
Les mesures annoncées sont dans la droite ligne de ce que le candidat de l'UMP (et du Medef?) avait mis dans son programme. 
Avec des accents Rousseauistes il parle d'installer un "nouveau contrat social". 
Il serait intéressant de savoir quels étaient selon lui les tenants et aboutissants de l'ancien contrat social. Ou alors pour lui les quelque 150 ans de négociations, luttes, discussions  et tractations entre patronnat et salariat ont abouti à la conclusion d'un simple contrat qu'un tiers (l'Etat) peut annuler et remplacer. 
Tout y est : la réforme des régimes spéciaux de retraites avec alignement de ces régimes sur celui de la fonction publique, la simplification des procédures et du recours au licenciement, l'assouplissement des 35 heures, la chasse aux feignants de chômeurs qui refuseraient deux propositions d'emploi, l'alourdissement des taxes sur les préretraites mais aussi la mise à l'étude de la réforme de la sécurité sociale et l'installation de contrat d'assurance dépendance.....
On peut être inquiet quand on voit avec quel entoushiasme la très libérale patronne des patrons Laurence Parisot a applaudi le discours de son "ami" .Mais rien de bien étonnant; celui ci reprenant quasiment mot pour mot les propositions de celle là en matière de "libéralisation du travail".

Si le fond du discours est sans surprise ce qui est interessant c'est de noter la méthode que Badinguet Sarkozy entend utiliser pour mettre en place ces réformes. Tout doit être torché en quinze jours. On ouvre des négociations entre partenaires sociaux mais celles ci devront aboutir aux décisions prises dans les ministéres (ou plutot à l''Elysée) et dans les délais impartis. 

Sarkozy est sur tous les fronts, il est omniprésident, il occupe les fonctions de Président de la République, Gouvernement (Premier ministre compris) à lui tout seul, président du parti majoritaire, chef de l'opposition, chef du parlement, grand inquisiteur de la justice, patron des patrons, patron de la presse et des média... voilà maintenant qu'il veut incarner à lui tout seul le "dialogue social" transformé en l'espèce en "monologue social". "Marche ou crève" et "Causes toujours tu m'interesses (pas)" semblent être ses devises.

Et si les partenaires sociaux arrivaient dans les délais impartis à un accord différent des mesures imposées par l'Elysée ?

En entreprenant de mettre en place, à la hussarde (nom d'origine hongroise au passage) des réformes douloureuses, au début de son mandat en pleine période d'état de grace, il fait le pari (pas si idiot) que les Français, tout au moins une majorité, auront oublié dans cinq ans. Surtout si, comme il le souhaite, entre temps on a retrouvé la croissance perdue. 

Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article