Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

Programme économique de l'UMP : Sarkozy ne dit pas tout (4)

5 Novembre 2005 , Rédigé par jacques vingtras Publié dans #lecridupeuple

Constatant que la fiscalité française est de 6 points supérieure à la moyenne européenne, le président de l'UMP propose d'engager et de poursuivre une grande réforme visant à :

- diminuer le nombre de tranche d'impot sur le revenu, baisser les taux et supprimer les niches fiscales

- mettre en place un bouclier fiscal limitant les prélévements d'impot à 50% des revenus ( le sinistre de l'intérieur comme de l'extérieur veut se démarquer en plaçant le seuil en dessous des 60% proposé par son rival Vile Pain )

- réformer l'ISF

- supprimer les droits de succession et de donation  pour les patrimoines petits et moyens

Toutes ces mesures vont profiter comme d'habitude aux plus aisés.

Cette politique ayant déjà été partiellement mise en oeuvre ou devant l'être par le gouvernement aidé des parlementaires UMP, on peut se faire une idée sur ses effets.

La réduction des impôts, tout comme celles qui l'ont précédée, porte pour l'essentiel sur l'Impot sur le Revenu (IR). L'IR en France est acquité par 52% des foyers fiscaux (ce qui est une particularité bien française) et ne représente que 23% des recettes fiscales. C'est un impôt proportionnel et donc équitable à l'inverse de la TVA, la TIPP ou la CSG (59% des recettes fiscales) qui frappent de la même manière l'ensemble de la population. L'IR est donc normalement payé par les ménages les plus aisés (quoique ?), or on sait que dans les couches aisées de la population, la proportion marginale à épargner (la partie du supplément de revenu  obtenu investie dans des produits d'épargne) est plus importante que la proportion marginale à consommer (partie investi dans des biens de consommation). A l'inverse des couches les moins riches. Donc si le but réel de la réforme était, comme  le prétendent l'UMP et le gouvernement, de relancer la consommation il serait plus judiciable de ramener le taux de la TVA à 15% (seuil minimum autorisé par la commission européenne) au lieu de 19.6% ce qui permettrait de dégager un supplément de revenu pour l'ensemble de la population et donc de relancer la consommation.

Si maintenant on regarde d'un peu plus prés la réforme proposée par le gouvernement et qui doit prendre effet en 2007, on voit que le gain de revenu pour un célibataire gagnant 1425€ mensuels ne sera que de 0.5% alors que ce gain sera de 3.9% pour un célibataire gagnant 20000€.  

La plafonnement des niches fiscales (dispositifs d'exonérations ou de déductions d'impôts) à 8000€  semble de plus en plus compromis. Devant le tollé engendré chez les bénéficiaires de ces cadeaux, le gouvernement recule de jour en jour. Ainsi, par exemple, les 6400 bénéficiaires de la réduction d'impots de 50% des sommes investies dans les DOM TOM (dit "défisc." par les spécialistes) continueront à empocher une déduction moyenne de 62500€. Autre niche préservée, les journalistes pourront déduire 7560€ de leur revenu fiscal (C'est vrai qu'il vaut mieux les soigner).

Le bouclier fiscal à 60% des revenus (pour Vile Pain, le sinistre de l'intérieur, lui, propose 50%) ne profitera qu'aux revenus les plus hauts. Ainsi on estime que 14000 foyers fiscaux payant l'ISF devraient récupérer chacun quelque 18000€ grace à ce dispositif.

L'ISF est acquitté en France par 325000 personnes. Sur ce total seuls mille foyers sont soumis à cet impôt alors qu'il ne paient pas l'IR, à cause de l'augmentation des prix de l'immobilier (cas du jardinier de l'ile de Ré). L'UMP utilisant ce cas particulier comme image représentative se propose de réformer l'ISF. Le récent amendement à la loi des finances adopté par les députés qui éxonère le salarié sur 75% des actions qu'il posséde dans son entreprise semble indiquer l'orientation que prendrait la réforme. Elle ne concerne encore une fois qu'une très faible minorité essentiellement composée de grands patrons.

Avec la suppression des droits de succession et de donation, Sarko revient à un sujet qui lui est cher. Lors de son bref et insignifiant passage  au ministère des finances et de l'économie, il avait déjà mis en place une éxonération pour les donations entre parents ou grands-parents et enfants ou petits-enfants jusqu'à 100000€. C'est d'ailleurs assez cocasse pour quelqu'un qui dit qu'il faut travailler plus pour gagner plus de permettre à des personnes de profiter du fruit du travail des autres sans en faire une ramée. Cette éxonération selon le nabot de bauveau devrait porter sur les petits et moyens patrimoines. Le tout maintenant est de savoir ce qu'est un moyen patrimoine pour lui.

Toutes ces mesures fleurent bon le néo-libéralisme pur et dur tel que l'ont mis, en oeuvre, en leur temps Reagan et Tatcher. Pour eux seule  la création de richesses permet de relancer l'emploi : c'est la théorie de l'augmentation de l'offre dans un marché libéré, l'offre augmentant les prix baissent, les prix baissant la consommation augmente, la consommation augmentant la production progresse, la production progressant plus d'emplois sont créés... Mais il faut voir à quel prix. Si on prend comme exemple les USA ou le Royaume Uni effectivement l'emploi s'est développé mais c'est souvent un emploi précaire et mal payé et le taux de pauvreté a lui aussi augmenté dans les mêmes proportions.

Ces mesures visent effectivement les plus riches, avec comme arrière pensée d'en faire des locomotives de la consommation. Mais là encore c'est oublier que si vous augmenter les revenus d'une personne dèjà riche elle mettra l'essentiel du surplus de revenus dans les produits d'épargne ou les actions. Avec la tendance actuelle de l'actionnaire contre le salaire cela risque de conduire à plus de chômage.

Tenir et Résister.

Episodes précédents : 1 2 3

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nico 09/12/2006 20:15

Merci pour l'argumentaire, clair, précis, et globalement vrai. Bravo pour le blog, instructif. Mais Sarko me les casse tellement que je fais une overdose je crois. Je fais me faire 2.3 jour sans parler de lui (mais où aller, même au Maroc, cet été, on m'en a parler; une ile derserte?).Tchao, a plus, no pasaran, Nico (pas Sarko)

le cri du peuple 06/11/2005 17:28

POUR STEPH
J'ai un principe je ne me moque jamais des riches car on se sait pas ce qui peut nous arriver.
Cela étant dit ce n'est pas le fait qu'il y ait des riches qui me choque (tant mieux pour eux) mais plutot le fait qu'il y a dans ce pays de plus en plus de pauvres et c'est pas la politique libérale proposée par Sarkozy et consort qui améliorera les choses.
Tenir et Résister

Steph 05/11/2005 17:20

Une seule question. Quelle mesure aujourd'hui bénéficie aux mechants plus riche ?