Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le cri du peuple

HELP TINA IS BACK (AU SECOURS TINA EST DE RETOUR)!!!

22 Novembre 2016 , Rédigé par le cri du peuple

Fillon c'est le charisme de Hollande, l'humour en moins,

et la politique de Sarkozy, Thatcher en plus.

La bonne surprise de la primaire de la droite et de la droite au centre fut sans aucun doute l'élimination de l'ex Prince Président du Pouvoir d'Achat du Président, malgré sa campagne très (extrème) droitiére calquée sur celle de Donald Trump (ton monde).

Et oui il ne suffit pas de s'affirmer haut et fort hors du système pour gagner. Surtout quand les résultats de l'élection étasunienne et du Brexit,étaient autant dus à un rejet des politiciens qu'à une adhésion aux projets.  Les Raymonds la Science sondageurs qui hantent et squattent les plateaux des médias, ne l'avaient pas vu ou prévu.

Enfin ne boudons pas notre plaisir et reprenons cette injonction comminatoire prononcée par l'interessé lui même en son temps "Casse toi pauvre con!!!"

Hélas notre joie sera de courte durée.

Si les électeurs de droite nous ont débarrassé de l'ex-chef de l'état c'était pour mieux imposer son très chaleureux et plaisantin ex-premier ministre.

De la personne du probable futur candidat désigné de la droite on ne sait pas grand chose.

On sait qu'il aime les voitures et la vitesse comme Pompidou en son temps, qu'il est chrétien fils de notaire, marié à une Galloise et père de 5 enfants.

Mais ce qui nous intéresse ici ce n'est pas tant la personne mais le programme qu'il se propose de nous administrer s'il parvenait aux plus hautes fonctions.

Et là on peut dire que le remède risque d'être dur à avaler.

S'il fut proche de Séguin, qui doit peut être se retourner dans sa tombe, on peut dire que son orientation programmatique  aujourd'hui est plus inspirée par la dame de fer et son fameux TINA (There Is No Alternative -sous entendu au libéralisme) que par le Gaullisme social de son mentor.

Avec le programme économique de l'ex collaborateur de Sarkozy, on revient plus de trente ans en arrière. C'est libéralisme à tous les étages.

Ne vous trompez pas.

Derrière des mesures qui semblent certes douloureuses mais nécessaires comme disent les économistes patentés et pas tentants néo libéraux,  berniques des plateaux télévisuels, se cachent des raisons pas toujours avouables.

Retour 100 ans en arrière

Prenons par exemple la durée du temps de travail : avec Fillon c'est bien sûr la fin des 35 heures mais non pas pour revenir aux 39 heures mais pour aller jusqu'au 48 heures soit la durée légale du temps de travail en............1919.

Alors bien sûr on nous dit que tout cela sera négocié au niveau de l'entreprise dans la concertation et le dialogue  qui comme tout le monde le sait tourne toujours à l'avantage des salariés.

Certains voient dans l'allongement du temps de travail une possibilité de gagner plus. En tous cas c'est comme ça qu'on va le vendre aux salariés.

Mais regardons les choses un peu plus à fond.

Si on analyse le travail en terme de ressource, on peut comparer la charge annuelle de travail par rapport à la capacité de travail.  Ainsi en 2013 le total d'heures travaillées (la charge) a été de 40.139 Milliards d'heures selon les données de l'INSEE. Pour la même période, la population active (personnes entre 15 et 64ans disponibles sur le marché du travail, en emploi ou non) était de 29.755.955 personnes (Insee). Si on multiplie cette population par la durée légale du travail de  1607 heures on obtient un potentiel de 47.816 Milliards d'heures (la capacité).

On constate donc que la ressource travail en France est en surcapacité de plus de 19% par rapport à la charge nécessaire pour dégager le PIB.

Ainsi toute proposition qui va dans le sens de l'augmentation de la durée du temps de travail conduit à une hausse  mécanique de la capacité de travail. Et donc par voie de conséquence au mieux à une stagnation du chômage.

Non les vraies raisons de la proposition de Fillon et Juppé est de faire baisser le coût du travail. Si vous augmentez ou mieux vous supprimez la durée légale du travail, vous supprimez de fait le recours aux heures supplémentaires et surtout la majoration salariale de ces heures. 

C'est donc travailler plus pour gagner moins.

Retour 30 ans en arrière

Intéressons nous maintenant à la "bataille" de la baisse du nombre de fonctionnaires. 

Sous le prétexte de réduire le déficit, la dette publique et bla bla bla, les deux postulants de la droite veulent chacun diminuer le nombre de fonctionnaires, grosso modo 500000 sur 5ans pour Fillon alors que Juppé lui évoque le nombre de 300000. 

Tout ceci relève en grande partie d'une certaine conception de la fonction publique. Cette masse de fainéants  qui coûte cher et ne sert à rien.

C'est oublier que les fonctionnaires participent à l'activité économique de notre pays. Les infirmières qui soignent les malades, les enseignants qui forment les générations futures, les policiers qui assurent notre protection, les agents des impôts qui collectent la contribution de chacun au bien public apportent un service qui profitent normalement à tous selon ses besoins et payé par tous selon ses moyens. Et oui au risque de surprendre tout le monde paye l'impôt même ceux qui ne payent pas l'impôt sur le revenu mais payent la TVA.

Certes on peut toujours dire qu'il n'est pas normal que les agents de la fonction publique travaillent en moyenne 34.5 heures par semaine quand les salariés du privé travaillent eux 37.5 heures (comme quoi beaucoup de monde n'est déjà plus aux 35 heures).

Ceux que cherchent en fait les tenants du libéralisme en diminuant le nombre de fonctionnaires n'est pas tant la réalisation d'économies pour les budgets de l'état mais c'est rendre à terme la "fourniture" de services par l'Etat de plus en plus inefficace voire impossible pour offrir des pans entiers de l'économie "publique" aux entreprises privées qui sont selon leur crédo plus efficaces que l'agent public.

Ca ne vous rappelle rien. Si souvenez vous, outre Manche, une certaine dame de fer qui dans les années 80 a mis en place un vrai massacre des services publics britanniques avec les résultats que l'on constate encore aujourd'hui. There Is No Alternative. Et il est assez cocasse  d'observer aujourd'hui que la nouvelle dame de fer (Thérésa May) revient sur un certain nombre de choses mises en place par son illustre prédécessrice alors même que Fillon veut mettre en place un programme grandement inspiré par celui de  Margaret Thatcher dans les années 80.

 

A suivre....

Tenir et résister

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pascal 17/01/2017 12:57

:-))

Pascal 17/01/2017 12:53

Pour Fillon les malades, les vieux et les chômeurs sont des fainéants qui profitent du système.
Les rentiers doivent être les seuls à profiter du système sans travailler

Pascal 17/01/2017 12:47

Avec Fillon c'est retour vers le futur antérieur

Pascal 17/01/2017 12:45

Avec Fillon c'est retour vers le futur antérieur